• Shita-Kotoba

    Le coin pour parler des langues, quelles qu'elles soient (sauf le jap logiquement vu que j'ai déjà une catégorie exprès pour).
    C'est un peu bizarre de mettre le titre en jap du coup vu que le jap sera la seule langue non présente x) (quoique, si ça se trouve je vais peut-être bouger les articles de jap ici aussi). Du coup pour le titre de cette partie, si vous voulez savoir la trad :
    舌 shita : langue
    言葉 kotoba : langue, mot

  • Si vous parcourez ce blog rapidement, vous vous rendez vite compte que je m'intéresse aux langues. Eh bien en ce moment, je m'intéresse particulièrement aux langues construites, et comme il s'agit d'un sujet en général assez mal connu du grand public, j'ai décidé de pondre un (pas si petit) article sur le sujet ^^

    Commençons d'abord par une brève définition. Une idéolangue, c'est quoi? Eh bien c'est le nom donné à une langue créée par une ou plusieurs personnes (mais peu en tout cas) en un temps limité (quelques années ou dizaines d'années max en général). On parle plus généralement de langue construite ou langue artificielle, et en anglais on parle de constructed language ou de conlang. Ce terme s'oppose à celui de langue naturelle, qui désigne des langues telles que le français, l'espagnol, le coréen, le tibétain et compagnie qui sont la langue d'un peuple et dont la construction et l'évolution ont été spontanées, beaucoup plus lente et ont été mise en place par un nombre beaucoup plus important de personnes.

    Il y a plusieurs types d'idéolangues, les principaux étant les langues auxiliaires (qui ont pour but de remplacer l'anglais en tant que langue internationale de communication entre les différents pays, comme l'espéranto et le kotava, entre autre), les langues artistiques (créées pour étoffer un récit, un roman ou un film, comme le quenya de Tolkien, le klingon de Star Trek, le na'vi dans Avatar etc...) et les persolangues (langues créées juste pour le plaisir, sans but particulier), et j'en oublie plein (comme les langues minimalistes, les langues philosophiques etc...) mais ces types là sont les principaux que je vais présenter.

    On peut également distinguer les idéolangues a posteriori (dont la grammaire et le vocabulaire s'inspirent de langues existantes, comme l'espéranto) des idéolangues a priori (qui essaie de se détacher des langues existantes, comme le kotava). Dans le cas d'idéolangues non abouties ou abandonnées, on parle de langue bleue.

    Bref, les idéolangues, c'est comme les langues en général, c'est compliqué donc on va s'arrêter là, vous avez saisit l'essentiel! Maintenant, j'aimerais vous présenter de façon plus ou moins succincte quelques idéolangues parmi la masse qui existe (et croyez moi, il y en a beaucoup plus que vous ne le pensez!). C'est parti!

    Esquisse de quelques idéolangues

    Le volapük

     Le volapük est assez peu connu (moins en tout cas que l'espéranto), alors pourtant qu'il s'agit de la 1ère langue auxiliaire à avoir eu du succès. Elle a été inventée en 1879 par Johann Martin Schleyer, un prêtre catholique allemand, et a très rapidement conquis plus de 100 000 locuteurs avant de finir par s'éteindre à cause de plusieurs raisons, entre autre de la difficulté de la langue et du refus de son créateur de laisser ses locuteurs se l'approprier (aka même le créateur de la langue parlait mal le volapük, donc plusieurs locuteurs ont voulu modifier la langue mais lui voulait pas en disant que la langue lui appartenait).

    Esquisse de quelques idéolangues

    L'espéranto

    Bon, j'ai déjà parlé de l'espéranto un peu partout sur le blog, vous savez que j'apprécie cette langue (même si je ne la parle toujours pas à un niveau décent) et que je trouve qu'elle gagnerait à être d'avantage connue et parlée, mais on va essayer de s'en tenir à l'essentiel ici (sinon, baladez vous sur le blog, vous verrez que j'en parle régulièrement).

    L'espéranto a été créée à la fin du XIXe siècle par le docteur juif polonais Ludwik Lejzer Zamenhof. Il a publié son projet en 1887 et s'est inspiré de l'expérience du volapük pour éviter de refaire les même erreurs, notamment en veillant à ce que sa langue soit plus simple, régulière et facile à apprendre (sans toutefois réduire son expressivité et sa souplesse) et en laissant les espérantophone décider de l'évolution de la langue. A la base, son projet s'appelait Lingvo Internacia (Langue Internationale) mais c'est l'espéranto qui est resté comme nom de la langue à cause du pseudo sous lequel Zamenhof l'a publiée, Doktoro Esperanto (Docteur qui espère), son but étant de créer une langue qui permette aux gens de différents peuples de communiquer entre eux et ainsi d'apaiser les troubles, notamment dans son pays.

    Aujourd'hui, l'espéranto est sans doute la langue auxiliaire qui est la plus connue et qui a eu le plus de succès. Il est difficile d'estimer le nombre de locuteurs (Wikipédia parle d'estimations allant de 100 000 à 10 millions, c'est dire!), mais il s'agit probablement de l'idéolangue la plus parlée à ce jour, et elle a encore de beaux jours devant elle, contrairement au volapük qui est considéré comme une langue morte car quasiment plus apprise ni parlée par personne.

    Esquisse de quelques idéolangues

    Le kotava

    Un des reproches fait à l'espéranto est d'utiliser un vocabulaire issu des langues indo-européenne qui favoriserait ainsi trop les européens, et qui entacherait l'idée d'égalité de la langue. Le kotava (littéralement "langue de chacun et de tous") s'est donné pour tache de remédier à cette inégalité en proposant un vocabulaire totalement inédit (et donc aussi difficile à apprendre pour un européen que pour un asiatique). La langue est née officiellement en 1978 grâce à Staren Fetcey, et a pour le moment connu un succès bien moindre (environ 40 locuteurs d'après Wikipédia), elle est également beaucoup moins connue auprès du grand public que l'espéranto, ce dernier étant souvent lui-même mal connu car souffrant de préjugés. L'idée est néanmoins intéressante, et le projet a le mérite d'être toujours en vie contrairement au volapük, avec une communauté active discutant des prochaines évolutions de la langue (au niveau du vocabulaire par ex). Un des freins à l'expansion de cette langue est que les ressources pour l'apprendre ne sont disponibles qu'en français.

    Site officiel du Kotava (cliquez)

    Esquisse de quelques idéolangues

    Le lojban

    Le lojban est un cas un peu particulier. Ce projet de langue est issu d'un autre projet linguistique, celui du loglan. Dans les deux cas, il s'agit de langues logiques créées pour démontrer l'hypothèse de Sapir-Whorf qui suppose, en bref, que la façon dont on perçoit le monde dépend de la langue que l'on parle (hypothèse qui me paraît, d'un point de vue parfaitement subjectif et personnel, être vrai ou au moins contenir un fond de vérité). Mais le loglan étant un projet universitaire (commencé en 1955), il était gardé secret, si bien qu'en 1987, le Logical Language Group (Groupe de Langue Logique) a commencé à élaboré le lojban.

    Non seulement le lojban a pour but de démontrer cette hypothèse, mais il a également pour but (plus secondaire mais c'est quand même la raison pour laquelle je l'ai mis avec la couleur d'une langue auxiliaire) de servir à la communication entre les peuples, car il se veut culturellement neutre. De plus, idée inédit jusque là pour une idéolangue, son aspect logique devrait lui permettre d'être utilisée comme langue de communication pour communiquer avec des machines (comme des ordinateurs). Comme le kotava et l'espéranto, le lojban se veut régulier, facile à prononcer, avec des règles simples et sans exception. L'un des buts du lojban étant, par sa logique, d'éclipser les ambiguïtés et autres malentendus apportés par les autres langues.

    Le projet a l'air toujours en vie (je ne peux pas trop juger de sa vigueur par contre, je ne me suis pas renseigné beaucoup plus loin). Certains sont réticents à apprendre la langue à cause de sa ponctuation assez étrange (pas de majuscule et des points qui ont l'air de se balader). Personnellement, je n'ai jamais essayé de l'apprendre donc je ne peux pas juger.

    Extrait de lojban (l'article 1 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, merci Wikipédia) :

    ro remna cu se jinzi co zifre je simdu'i be le ry. nilselsi'a .e lei ry. selcru .i ry. se menli gi'e se sezmarde .i .ei jeseki'ubo ry. simyzu'e ta'i le tunba

    Bon, j'ai pas mis d'extrait de la langue pour les autres idéolangues mais à chaque fois, le nom de la langue mène à sa page Wikipédia qui contient en général un échantillon et des liens vers des sites sur la langue donc vous pouvez aller voir si ça vous intéresse ;) 

    Site officiel du lojban en français (cliquez)

    Esquisse de quelques idéolangues

    Le toki pona

    Contrairement aux quatre langues que je viens de vous présenter, le toki pona n'est pas une langue auxiliaire mais une langue minimaliste. C'est à dire que tout à été simplifié à l'extrême (sons, vocabulaire, grammaire) afin de rendre la langue particulièrement facile et rapide à apprendre. Ainsi, le toki pona contient seulement 120 mots, le dictionnaire étant figé. Mais je vous rassure, on peut former beaucoup plus de mots en combinant ceux déjà existants!

    Le toki pona (littéralement "langue du bien") a été publié pour la 1ère fois sur le net en 2001 par la linguiste canadienne Sonja Elen Kisa, et semble permettre une bonne expressivité malgré son côté minimaliste. Le nombre de locuteurs tourne autour de 400 d'après Wikipédia, et je suis sûr en tout cas qu'il ne s'agit pas d'une langue morte et que des gens s'intéressent régulièrement à cette langue pour diverses raisons. Je vous conseille d'ailleurs de lire cet article (en anglais) sur le récit d'un groupe de personne qui a essayé d'apprendre le toki pona en deux jours : c'est par ici (cliquez).

    Site officiel du toki pona (cliquez).

    Esquisse de quelques idéolangues

    Le klingon

    Le klingon est un exemple assez connu de langue artistique utilisée dans la série Star Trek. Elle a été développée par Marc Okrand et est utilisée dans la série par une race extraterrestre, les Klingon. Elle est cependant peu parlée, uniquement par les grands fans de la série (l'idéomatrice estime le nombre de locuteurs à 12). On notera cependant que c'est une langue étudiée aux Etats-Unis et qui a même son propre institut, le Klingon Language Institute.

    Esquisse de quelques idéolangues

    (C'est sensé être écrit "quenya" en alphabet tengwar)

    Le quenya et le sindarin

    Ces deux langues sont les principales langues elfiques utilisées dans l'oeuvre de Tolkien et font sans conteste parti des langues artistiques les plus connues. Tolkien aurait commencé la création du quenya au plus tard en 1915 et celle du sindarin en 1917. Ces deux langues, tout comme le Noir parler de Sauron, peuvent s'écrire à l'aide d'un alphabet lui aussi inventé par Tolkien, le tengwar. Néanmoins, la langue peut également s'écrire à l'aide de l'alphabet latin (quasiment toutes les langues s'écrivant avec un autre alphabet possèdent une transcription en alphabet latin plus ou moins international, comme le pinyin pour le chinois ou le rômaji pour le japonais).

    Ces deux langues ne sont pas terminées et ont été complétées par les fans. Elles sont parlées par différentes communautés d'elfes (dans les bouquins) et leur niveau de difficulté serait apparemment équivalent (ça dépend évidemment de tout un tas de trucs comme votre langue maternelle, votre affinité avec les langues, vos expériences passées et tout le tralala). Plusieurs fans continuent de l'apprendre encore aujourd'hui, et c'est également la langue qui a été choisie pour l'apprendre pendant 6 mois dans le cadre du Conlang Learning Challenge (un groupe Facebook anglophone réunissant plusieurs mordus d'idéolangues et où le but et de choisir ensemble une idéolangue, puis de l'apprendre pendant un temps donné, un concept similaire existant pour les langues naturelles avec le Lingua Franca Challenge, groupe également anglophone qui planche en ce moment sur le suédois).

    De bons cours de quenya et de sindarin sont disponibles en français sur ce site si ça vous intéresse (cliquez).

    Esquisse de quelques idéolangues

    Le na'vi

    Le na'vi est une langue qui a été inventée en 2005 par le linguiste Paul Frommer pour être la langue du peuple Na'vi habitant la lune Pandora dans le film Avatar sorti en 2009 (plusieurs suites à ce film sont d'ailleurs prévues mais toujours en préparation).

    Comme le quenya et le sindarin, cette langue reste en partie un mystère mais les fans réussissent à réunir de plus en plus d'informations sur le sujet (notamment sur le site anglophone Learn Na'vi) et on en apprendra peut-être plus quand les films suivants sortiront enfin. Néanmoins, il y a largement assez d'informations disponibles pour apprendre la langue, puisque plusieurs personnes l'ont déjà apprises et continuent de s'y intéresser. Les estimations sont encore une fois floues (entre 10 et 200 locuteurs, je pencherais pour plus de 10 personnellement tongue ) mais il est certain que la langue na'vi est toujours vivante, même si l'intérêt pour cette langue retombe un peu faute de nouveau film pour raviver la flamme.

    Si apprendre cette langue vous intéresse, cherchez à la fin de cette discussion le lien vers la dernière version du Na'vi fpi Ayskxawng (Na'vi pour les nuls)

    Esquisse de quelques idéolangues

    Le dothraki

    Popularisé grâce au succès de la série Game of Thrones de HBO et d'ailleurs créée pour l'occasion par le linguiste David J. Peterson en s'inspirant des quelques mots que George R. R. Martin (l'auteur des livres, la version originale de la série qui a ensuite été adaptée à la télévision) a utilisé dans ses romans. Cette langue a été créée vers 2009, ce qui en fait la dernière langue artistique à succès.

    Contrairement au Na'vi, les fans peuvent se procurer un livre officiel (évidemment payant, et dispo seulement en anglais en plus) pour apprendre la langue. Vous pouvez trouver ce livre ici (cliquez).

    Esquisse de quelques idéolangues

    L'ido

    L'ido naît en 1907 des critiques de certains contre l'espéranto (ido signifie d'ailleurs "fils, fille, descendant" en espéranto) et se stabilise en 1912. Cette version de l'espéranto a changé plusieurs choses par rapport à sa langue mère, mais son succès reste mitigé avec quelques milliers de locuteurs. Plusieurs autres version d'espéranto réformés ont succédé à l'ido, mais aucune n'a rencontré un franc succès.

     

    Il y a plein d'autres idéolangues, plus ou moins connues, mais je ne peux pas parler de toutes les idéolangues existantes (c'était déjà long de pondre cet article, et pourtant j'ai essayé de faire court!), néanmoins la diversité de ces idéolangues et des motifs de leur création est toujours intéressante. Si vous vous intéressez aux idéolangues ou si vous projetez d'inventer la vôtre pour quelque raison que se soit, je vous conseille de faire un tour sur le forum de l'Atelier et sur le wiki Ideopedia qui vise à rassembler des infos sur les idéolangues. Vous y trouverez de nombreuses infos sur des idéolangues moins connues (comme le sambahsa, l'elko etc...).

    Voilà, en espérant que vous avez apprécié cet article. N'hésitez pas à laisser des commentaires pour dire quelle idéolangue vous préférez, en proposer d'autre, si vous avez une question, votre avis sur le sujet des langues auxiliaires ou n'importe quoi d'autre wink2


    votre commentaire
  • Finnois vs espéranto en langue internationale

    Bon, je commence par une image situant la Finlande parce que perso, j'ai la fâcheuse tendance de confondre la Finlande avec ses pays voisins niveau emplacement ^^"

    Bref, avant d'entrer dans le vif du sujet, j'aimerais vous donner le lien vers cet article (cliquez), par lequel tout a commencé... Ce qui est vrai d'ailleurs, si vous lisez bien la page, vous pouvez voir un peu plus bas, passé les infos pratiques, un passage intitulé "Une seule langue officielle pour l'Union Européenne : le finnois !". Et c'est justement ce passage qui a éveillé mon intérêt et mon envie d'écrire cet article. Mais du coup, si vous lisez le passage en question avant de lire cet article, c'est quand même mieux x) Parce que je vais faire que réagir à ce passage pendant tout le long de cet article xD (Même si du coup, j'ai recopié tout le passage en question à force de le citer, mais c'est mieux de le lire soit-même en entier avant je pense ;) ). Donc, commençons! Je précise que tous les passages cités depuis l'article sont en jaune (sauf cette phrase et ce qui la précède).

    Finnois vs espéranto en langue internationale

    A l'heure où le principe de facilité semble gouverner nos vies et où un anglais appauvri s'impose en Europe, il me semble pertinent de proposer de faire du finnois la seule langue officielle de l'Union Européenne.

    Moui. Déjà, perso, je ne trouve pas l'anglais si appauvri que ça, au contraire, étant une langue parlée dans plein de pays à cause de son statut de langue internationale actuelle, il en existe plusieurs variétés, certes inter-compréhensibles (encore heureux) mais qui ont parfois des différences notables assez amusantes (à ce sujet, je recommande le test "Which English", ou "Quel anglais parles-tu" qui détermine où tu as appris l'anglais et quel anglais, et sinon quelle est ta langue maternelle, histoire d'étayer mon propos). En plus, l'anglais a un vocabulaire très varié car ayant plusieurs sources, et a parfois plein de mots très précis là où en français on en a moins et plus généraux, par exemple pour dire "trembler" ou "frissonner", en anglais on peut dire "quiver", "shiver", "shudder", "tremble", "quake" selon si tout le corps (ou autre chose hein, "quake" est plus lié à "earthquake" soit un tremblement de terre par ex) tremble ou qu'une partie, selon l'amplitude, la vitesse etc... et j'en ai peut-être oubliés!

    Pour le principe de facilité, pour certains trucs c'est pas faux mais pour d'autres (le choix de la langue internationale par ex justement), nettement moins (cf mes précédents articles pro espéranto, mais je vais en reparler ici).

    Finnois vs espéranto en langue internationale

    Quelques exemples suffisent à démontrer les vertus éducatives de la langue finnoise. L'alternance consonantique et l'harmonie vocalique sensibilisent le locuteur à la musique et à la logique. Régies par des lois d'une grande limpidité, elles s'imposent naturellement et la maîtrise de l'orthographe en est facilitée. Foin de l'anarchie torve de l'orthographe française qui interdit toute promotion sociale à des pans entiers de la population ! Grâce au finnois, l'égalité des chances deviendrait enfin partout une réalité.

    Oh là! Perso j'appelle ça aller un peu vite en besogne. Je dis pas que la langue finnoise n'a pas de vertus éducatives mais il faudrait prouver tout ça un peu mieux, par des études scientifiques à tout hasard par ex, sinon ça n'a pas grande valeur de dire ça, n'importe qui peut raconter un truc du style du moment que ça paraît cohérent sans apporter de preuve, ce n'est pas pour ça que c'est vrai. Et puis bon, le coup de l'égalité des chances, je trouve que le raccourci est abusé. D'accord, la langue française est chiante, compliquée et pleine d'exceptions et de moins en moins de gens savent correctement écrire en français (Bescherelle ta mère en est témoin!), mais ce n'est pas du à la difficulté de la langue (ou pas que en tout cas). Qu'est-ce qui me permet d'affirmer ça? Tout simplement que dans le temps, quasiment tout ceux qui allaient à l'école savaient ensuite parler et écrire correctement, sauf de rares enfants (et ceux là, s'ils rataient, ce n'était en général pas à cause de la difficulté ou par manque d'intelligence mais à cause d'un manque de travail et de motivation, généralement influencé par des parents qui s'en foutent, rares à cette époque). On parlait d'Europe qui cède à la facilité plus haut, et bien en ce qui concerne l'Education nationale en France, je crois qu'on pourrait dire qu'ils cèdent à la facilité (ou plutôt à la bêtise, mais c'est un autre débat). En effet, les enfants en difficultés ne redoublent plus, ils passent en année supérieure sans avoir le niveau, et les parents les incitent de moins en moins à travailler à l'école (pour tout dire, c'est plus souvent le prof qui est mis en tord par les parents que l'élève en cas de mauvaise note, c'est dire!).

    Pour tout ce qui est de justification de mon propre avis ici, j'avoue avoir la flemme de citer des sources. De toute façon c'est pas comme si cet article allait intéresser grand monde ni avoir un impact sur quoi que se soit, donc...

    Tout ça pour dire que ok, l'égalité des chances chancelle en France, mais c'est pas à cause de la difficulté de la langue française, c'est à cause de l'Education nationale qui part en coui**e et des crétins qui sont au gouvernement. Voilà. Je ne parlerais pas de ce qui se passe en Finlande par contre vu que j'en sais rien, ceci dit j'ai quelques doutes au sujet de la prétendue égalité des chances qu'apporterais l'usage du finnois.

    Quant à la limpidité et à la rapidité d'acquisition des règles du finnois, j'ai également de très gros doutes! Beaucoup de gens qui apprennent le finnois disent que cette langue est difficile, et pourtant ce sont des gens motivés pour l'apprendre, alors vous imaginez des gens qui s'en fichent? Bonjour le calvaire! Juste au dessus du passage que je suis en train de décortiquer, il y a la phrase Le finnois par ceux qui l'aiment. Mais justement! Une langue n'est pas du tout vue pareil selon si on a envie de l'apprendre ou pas, sans parler de la capacité propre à chacun à apprendre une langue qui fera que certains ont plus de mal que d'autres. Si je vous dis que le japonais c'est super et c'est facile, c'est parce que j'adore cette langue, qu'elle me fascine et que je suis passionnée! Maintenant, si une personne qui n'aime pas spécialement la culture japonaise ni les mangas & cie s'y intéresse, elle va sans doute trouver la langue très compliquée avec son système d'écriture combinant deux syllabaires d'une cinquantaine de syllabes chacun et quelques deux ou trois milles kanjis (les caractères empruntés à l'écriture chinoise), sans parler de la conjugaison des verbes et des systèmes de politesse, et j'oublie sans doute des choses! Pourtant, le japonais n'a pas de genre ni nombre, ses verbes ne se conjuguent pas en fonction de la personne utilisée (c'est toujours ça de moins a mémoriser) et il y a d'autres aspects de la langue qui sont beaucoup plus simples qu'en français ou par rapport à l'apprentissage d'une autre langue (il est beaucoup plus facile d'apprendre à prononcer le japonais que le chinois pour un francophone par exemple, car en japonais il n'y a pas de tons et le système d'écriture latine rômaji est plus facile à lire pour un francophone que de réussir à décoder les pinyin, qui sont la transcription en alphabet latin de la prononciation des caractères chinois). Dans le cas du finnois, c'est sans doute pareil. Ceux qui sont passionnés par la langue voient les difficultés mais en font fi par passion, mais elles vont paraître insurmontables et insupportables aux autres (et je sais de quoi je parle, pendant des années j'ai été obligée d'apprendre l'anglais à l'école alors que je n'en avais cure, et j'avais un niveau nul, et trouver la motivation d'apprendre la langue a tout changé. Bon, j'avoue, mon voyage au Canada aussi a aidé, mais il m'a aidé parce qu'il m'a motivé! x) ).

    Ce paragraphe m'a fait me rendre compte que j'avais oublié de parler d'un élément très important du passage en question que j'ai pourtant totalement oublié : le titre. J'en parlerais très bientôt, d'abord, je passe à l'espéranto.

    Réponse en faveur de l'espéranto :

    Je ne sais pas si les vertus éducatives du finnois sont prouvées, par contre je sais qu'au moins une vertu éducative de l'espéranto l'est! L'espéranto a un effet propédeutique avéré et plus important que celui des autres langues, c'est à dire qu'une fois l'espéranto appris, il permet d'apprendre une autre langue étrangère encore plus rapidement et facilement! Comme j'ai déjà du l'expliquer dans un autre article, chaque langue a un effet propédeutique, c'est à dire qu'apprendre une langue étrangère, n'importe laquelle, nous permet d'acquérir des automatismes de compréhension du fonctionnement de la langue et des techniques pour retenir le vocabulaire. Tout ça fait que grâce à l'apprentissage de cette langue étrangère (apprentissage fait après 7 ans par contre, sinon c'est considéré comme une langue maternelle), l'apprentissage d'une autre langue étrangère après sera plus rapide et aisé, et ainsi de suite si on en apprend encore une autre! Pour prouver l'effet propédeutique de l'espéranto, une expérience a été faite. Je ne me souviens plus des détails, mais dans les grandes lignes, deux groupes (anglophones ou francophones, je sais plus) doivent apprendre l'allemand. Le 1er groupe apprend uniquement l'allemand pendant 2 ans tandis que le 2ème groupe apprend d'abord l'espéranto pendant 6 mois, puis l'allemand. Et devinez qui a le meilleur niveau d'allemand à la fin? Le groupe qui a appris l'espéranto, alors qu'ils avaient du temps d'apprentissage de l'allemand en moins! Franchement, rien que pour cette raison, l'espéranto devrait être la 1ère langue étrangère qu'on apprend à l'école.

    Pour tout ce qui est règles d'orthographe et de grammaire, je doute qu'on puisse faire plus simple que l'espéranto chez une langue naturelle, mais j'aurais l'occasion d'en reparler plus loin.

    Finnois vs espéranto en langue internationale

    Ouais, je sais, vu comme ça, l'espéranto a l'air branché pour vouloir être langue commune de l'UE aussi, mais en général c'est pas que de l'UE, l'espéranto se veut aussi être une langue commune équitable internationale.

    Une seule langue officielle pour l'Union Européenne : le finnois !

    Ok, alors ça, je l'avais pas remarqué avant. Qu'est-ce que ça veut dire exactement "seule langue officielle pour l'Union Européenne"? Au début, j'étais pas bien sûr en relisant le titre, mais après visite de la page Wikipédia sur les langues officielles de l'Union Européenne, je crois que ça suggère que le finnois devrait être la langue d'échange dans l'UE un peu comme l'anglais est la langue d'échange dans le monde. En gros, cela bannirait tout autre langue des échanges entre les différentes institutions de l'UE, aka entre les pays de l'UE. Sans rentrer dans les détails, l'UE comptait en 2013 24 langues officielles (dont le finnois), minimum une par pays membres. Les traités sont traduits dans ces langues officielles, mais seules certaines langues (actuellement l'anglais, le français et l'allemand) sont utilisées comme langues de travail, aka elles sont plus utilisées que les autres (histoire d'éviter de devoir tout traduire à tord et à travers).

    Bon, déjà, j'aimerais bien savoir pourquoi le finnois ne s'appliquerait qu'à l'UE. Tant qu'à faire, autant en faire la langue internationale, j'ai l'impression que les arguments dans ce passage peuvent aussi s'appliquer dans ce sens (d'autant que le finnois est éloigné des langues indo-européennes et donc que nous autres francophones et nos voisins n'avons pas un si grand avantage que ça dans l'apprentissage du finnois par rapport à ceux qui parlent une langue asiatique par exemple). Mais pourquoi pas. Ceci dit, comme l'anglais, le finnois a le désavantage de mettre en avant la langue, et donc la culture qui va avec, d'un peuple en particulier, et je ne suis pas fan de l'idée de la domination de la langue d'un pays en particulier perso.

    Les quinze cas du finnois requièrent autant qu'ils développent souplesse et rigueur intellectuelles. Leur implacabilité nous force à nous interroger sur les fondements même de notre discours. L'incomparable système des cas locatifs permet d'éviter tout malentendu. La transformation est identifiée d'emblée par le translatiivi. L'essiivi décrit, entre autres, un état sans limiter étroitement une personne à ce qu'elle est à un moment donné. Contrairement au français dont les cloisons rigides bloquent la parole tout autant que l'ensemble des rouages de la société, le finnois est enclin à l'ouverture. On accompagne d'un simple komitatiivi, on indique l'appartenance d'un doux genitiivi et le manque ou la privation d'un explicite abesiivi : sa désinence claquante (-tta/ttä) nous renvoie d'un seul coup à notre destin d'êtres imparfaits éternellement insatisfaits. Il est cependant regrettable que l'abesiivi soit de plus en souvent remplacé par une banale préposition (ilman) suivie de l'omniprésent partitiivi, de même qu'on ne peut que s'attrister de la disparition du prolatiivi, qui exprime le lieu à travers lequel se déroule un mouvement, de l'eksessiivi, qui désigne le rôle ou du multiplikatiivi utilisé pour les nombres. Les noms des cas sont déjà une invitation à l'étude : l'intérêt des adolescents ne serait-il pas stimulé si leur professeur commençait son cours d'un exaltant "Aujourd'hui, nous allons apprendre l'excessif " ? En finnois, l'infinitif se décline et le verbe se substantivise. De prime abord, c'est un peu déroutant mais bientôt l'on s'insurge de ne pas trouver d'équivalents dans sa propre langue, tant ces deux particularités offrent une fluidité inédite au discours.

    Bon. Déjà, j'ai beau aimé les langues, perso j'ai pas tout pigé là dedans. Je suis pas linguiste et je sais pas encore bien comment fonctionne une langue. Prouver tout ce qui se dit ici nécessiterait de mieux connaître la langue, voir mieux, de la parler, et ce n'est pas mon cas, néanmoins je maintiens que certains des arguments présentés ici mériteraient des preuves un peu plus scientifiques parce que vu comme ça, tout ça paraît assez subjectif. Et aussi, je reviens sur ce que j'ai dis plus haut : le finnois est une langue difficile pour un étranger, il y a pas mal de concepts pas évidents dedans et les intégrer quand on est pas spécialement intéressé par la langue finnoise, par obligation, ne sera pas chose plus aisée que pour l'anglais actuellement, au contraire! Et puis bon, d'accord l'Europe s'avance vers la facilité, m'enfin faut avouer que le finnois étant célèbre pour ses mots à rallonge, ça donne pas trop envie non plus. Les mots courts ou "moyens", ça a du bon aussi. C'est plus pratique et on risque moins d'être tenté de les massacrer pour parler plus vite (ce qui n'empêche pas forcément de le faire mais c'est une autre question).

    Avantage espéranto :

    L'espéranto a une grammaire qui est à 100% régulière (je suis moins sûr dans le cas du finnois malgré ce qui est dit) et qui est prouvée être plus rapide et facile à apprendre que celle d'une langue naturelle comme l'anglais, par exemple, pas juste par son absence d'irrégularités mais aussi par sa logique. Ainsi, on dit de l'espéranto que c'est une langue dix fois plus rapide à apprendre que l'anglais (j'ai pas dis que c'était vrai mais vous pouvez en effet tomber sur cette affirmation. Comme j'ai dis plus haut, la flemme de chercher des sources pour prouver mes dires, autant pour l'espéranto que pour le reste, renseignez-vous par vous même, ça vous fera pas de mal). L'espéranto permet une grande liberté d'expression, plus grande que ce que beaucoup de gens croient, et n'oblige pas à penser dans un sens en particulier sous prétexte que sinon "c'est grammaticalement correct mais ça sonne faux" (un article de Claude Piron donne un excellent exemple en ce sens).

    Du coup, l'espéranto sera plus facile et rapide à apprendre que le finnois, même pour quelqu'un de pas spécialement motivé, ce qui est un net avantage pour une langue sensée être apprise par tous le monde comme seconde langue!

    Le fait qu'il n'y ait pas de genre en finnois soulagerait contre leur gré la mauvaise conscience des machistes d'arrière-garde qui hantent toujours les pays fondateurs de l'Union sans heurter les oreilles des puristes, et permettrait indubitablement à la Finlande d'exporter son modèle d'égalité des sexes, ce qui suffit amplement à justifier l'adoption d'une loi ô combien nécessaire.

    En fait, je sais pas trop si la personne qui a écrit ça était tout à fait sérieuse en disant tout ça ou pas. Je ne suis pas sûr.

    En tout cas, pour ce qui est de l'égalité des sexes, même si la Finlande est en effet plus avancée que la France en la matière, ça reste imparfait, et c'est le cas dans tous les pays du monde. D'ailleurs, les autres pays nordiques ont aussi tendance à avoir une meilleur égalité homme-femme que les autres pays, donc ce n'est pas forcément lié à la langue. D'ailleurs, en Finlande, l'écart de paie est plus important entre hommes et femmes que la moyenne de l'Europe d'après cette vidéo (cliquez)! =P

    Quant à l'absence de genre en finnois, je crois que ça fait référence à l'absence de masculin/féminin dans les pronoms personnels (à savoir qu'il n'y a pas de distinction il/elle ni ils/elles en finnois), ce dernier point étant, il faut le reconnaître, plutôt sympa et inédit.

    Mais bon, de là à dire que pour ça il faut adopter le finnois, je trouve ça un peu exagéré. D'accord, la féministe que je suis aime tout de suite cet aspect de la langue mais ça n'en fait pas une langue internationale (même juste langue de l'UE) idéale.

    Désavantage espéranto :

    Oui, pour le coup, l'espéranto a un désavantage sur le sujet de l'"égalité des sexes". Comme je l'ai dis dans un autre article, je ne suis pas fan de la formation du féminin en espéranto. Déjà, en espéranto, on fait, comme en anglais, français et dans plein d'autres langues, la distinction entre il/ils et elle/elles, mais surtout, tous les mots sont masculins par défauts et on doit intercaler -in- avant le -o final d'un nom pour le rendre féminin, système que je désapprouve complètement. Certes, c'est pareil en français, un mot est souvent plus long une fois "féminisé" mais au moins les mots ne sont pas toujours masculins par nature (et j'ai jamais dis non plus que le français était un exemple, hein).

    Finnois vs espéranto en langue internationale (ici langue officielle de l'UE en fait)

    Pour une société vraiment égalitaire et pour l'épanouissement de tous, que le finnois devienne la nouvelle lingua franca !

    Vraiment égalitaire, je suis pas sûr hein! Comme je l'ai dis plus haut, ce n'est pas très égalitaire d'imposer la langue d'un pays en particulier aux autres. A ce moment, n'importe quel pays peut dire "Eh, et pourquoi pas prendre ma langue comme langue officielle de l'UE/langue internationale plutôt? Elle a tel avantage etc..." En plus, l'épanouissement de tous, ce n'est pas vrai non plus. Je dis pas, le finnois m'a l'air d'être une langue intéressante avec des règles assez étonnantes et tout, mais pour quelqu'un qui n'est pas doué en langues et qui n'a pas spécialement envie d'apprendre le finnois, l'apprendre à l'école sera plus une corvée qu'autre chose et il ne s'en sortira pas mieux (voir même moins bien) que s'il devait appendre l'anglais à la place. Par contre, s'il devait apprendre l'espéranto, ça irait déjà mieux, même si ça n'en ferait pas forcément un fan de langues pour autant (ceci dit c'est aussi prouvé que par sa facilité, l'espéranto incite plus à apprendre d'autres langues étrangères quand c'est la 1ère langue étrangère apprise, d'autant que son effet propédeutique facilite et accélère l'apprentissage de cette seconde langue étrangère). L'espéranto est une ouverture sur le monde entier et a sa propre culture, tandis qu'une langue comme le finnois, l'anglais ou même le français, le japonais, l'allemand etc... n'ouvrent l'accès qu'à un pays et sa culture (bon, j'avoue, l'anglais et son côté langue internationale est un cas particulier). Certains disent que l'espéranto ça les intéresse pas car ce n'est relié à aucune culture que ça ne sert à rien (les gens veulent par exemple apprendre la langue du pays qu'ils vont visiter en touriste et ne pas se contenter de l'anglais), ben c'est bien de vouloir apprendre des langues, mais l'espéranto a vraiment une culture et le parler pourra vous être tout autant utile pour voyager à travers le monde que l'anglais grâce au Pasporta Servo et aux différents congrès qui se tiennent régulièrement un peu partout! Vous pouvez vous renseignez à ce sujet.

    Ah, et pour ceux qui ne savaient pas, la lingua franca, ou langue franque, c'est une langue véhiculaire (regarder Wikipédia si vous savez pas ce que ça veut dire) qui a justement servit de langue de communication entre personnes de différentes nationalités autour du Bassin Méditerranéen du Moyen Âge jusqu'au XIXème siècle.

    Le passage sur lequel je viens de construire mon article (et que j'ai entièrement cité au passage d'ailleurs Oo) a été écrit par Bénédicte Villain ^^

    Pour conclure, je dirais qu'utiliser le finnois comme langue officielle de l'UE pourrait en effet être sympa et enrichissant... Si c'était la seconde langue maternelle de tous le monde dans l'UE. Sinon, ça poserait autant de problème, voir plus, que d'apprendre l'anglais à l'école. Mais pour ça, il faudrait que tous le monde soit assez motivé pour adopter le finnois comme seconde langue (et première langue étrangère devant l'anglais) et le transmette ensuite à ses enfants, ce qui n'est pas gagné. Perso, pour les raisons déjà citées et d'autres dont j'ai parlées dans d'autres articles, je suis plus pour utiliser l'espéranto en guise de nouvelle lingua franca ^^

    Finnois vs espéranto en langue internationale (ici langue officielle de l'UE en fait)

    Après qui sait, peut-être que plus tard, quand je relirais cet article, j'aurais l'impression d'avoir raconté que des conneries x) Mais c'est bien aussi de changer d'avis, d'évoluer. C'est un peu le but de la vie ;) 


    2 commentaires
  • Que pensez vous de Lingueo?

    Saluton chers lecteurs de ce blog! (Pour info, "saluton" veut dire "Salut" en espéranto, l'espéranto n'étant pas le meilleur choix de langue à utiliser pour débuter cet article vu qu'on ne peut pas l'apprendre sur Lingueo m'enfin bref!)

    Aujourd'hui, je voulais vous parler un peu de Lingueo. Qu'est-ce que cet article fiche dans la rubrique "Langues"? Tout simplement parce que le site en question permet d'apprendre les langues!

    Déjà, il propose de l'aide pour le français (ça peut servir), mais surtout, ce site propose des langues étrangères au travers de modules pour les voyages (anglais, espagnol, italien, allemand, hébreu, chinois, portugais), passer des exams (TOEIC, TOEFL...) et d'autres trucs encore.

    Ensuite, comme langues étrangères, il propose quand même pas mal de trucs : déjà, il y a la LSF (Langue des Signes Françaises), ce qui est plutôt rare mais perso je trouve que c'est une très bonne idée. Les autres langues enseignées sont : l'anglais, l'espagnol, l'allemand, le chinois, l'italien, le français, le japonais, le russe, le portugais, l'arabe, l'hébreu, le polonais, l'hindi et le norvégien. Niveau choix, c'est quand même pas mal!

    Les cours se font par webcam, avec uniquement des profs locuteurs natifs et diplômés pour enseigner leur langue, avec déjà 5 ans d'expérience minimum, bref, Lingueo insiste sur la qualité de ses profs!

    Si je vous parle de ce site, c'est pas juste pour répéter ce que dit son site, c'est aussi (et surtout) pour vous donner mon avis. Rien qu'en parcourant le site et le blog, on voit nettement que Lingueo cherche à vous convaincre que la seule façon d'apprendre une langue étrangère, c'est en utilisant leur site (si si, en gros c'est ce qu'ils disent un peu partout façon bourrage de crâne tellement ça devient chiant et lourd à force d'être omniprésent partout). Perso, ce genre de façon de faire ne m'attire pas trop mais bon, pourquoi pas hein. Selon sa motivation, sa façon d'apprendre & tout, il y a quand même d'autres moyens d'apprendre une langue, comme trouver un partenaire sur Skype (il est natif, il vous apprend sa langue et vous la votre, même si parfois il faut passer par une langue intermédiaire comme l'anglais quand on est débutant), et surtout le site explique qu'aller dans le pays, en fait c'est pas si bien qu'on le raconte pour apprendre une langue parce que les chances sont très faibles d'y rencontrer un prof, sauf que c'est n'importe quoi! C'est justement quand on est seul (sans communauté qui parle notre langue où on pourrait s'enfermer pour éviter de parler la langue du pays où on est) et que personne ne parle notre langue qu'on est obligé de faire des efforts pour parler une langue étrangère est d'aller vers les autres. Et c'est ça qui marche, parce que comme ça vous serez obligé de vous entraîner, et ça sera motivant car les gens, en général, seront contents de vous voir essayer de parler leur langue!

    Bref, en dehors de ce côté assez agaçant du site et de leurs prix (qui ne sont pas donnés, il faut bien l'avouer, sans être non plus particulièrement chers étant donné la qualification de leurs profs), j'ai testé la leçon d'essai gratuite qu'ils proposaient en prenant un cours de japonais. Verdict? C'était plutôt sympa, honnêtement. L'équipe du site est présente et conseil bien, la prof m'a posé des questions avant le cours pour évaluer mon niveau et préparer la leçon en conséquence, bref, j'ai plutôt un bon ressentit de se côté là. Après, je ne suis pas trop fan des cours par webcam à cause de la qualité du son, bien évidemment moins bonne que si on se parlait face à face (et sachant que j’entends pas toujours super bien, c'est un peu gênant). Je devais aussi prendre moi même des notes et tout, mais ça c'est plutôt normal je crois (ça dépend des cours, dans certains c'est le prof qui doit vous filer un récap' de la leçon).

    En tout cas, ce cours m'a un peu rassuré sur mes aptitudes en japonais (je ne parle quasiment jamais à l'oral, faute d'interlocuteur, donc ça change!), donc c'était bien sympa! Pour ceux qui sont intéressés (et qui ont les moyens, sinon je leur conseil d'essayer une autre méthode), n'hésitez pas à aller jeter un coup d'oeil, ne serait-ce que pour le cours d'essai (après tout, il est gratuit! he ).

    Voilà voilà, bonne journée (ou soirée)!


    3 commentaires
  • Apprendre le na'vi, héhé!

    Pour ceux qui se disent "na'vi, c'quoi ce truc?", eh bien sachez qu'il s'agit de la langue parlée par le peuple du même nom dans le film Avatar, de James Cameron. Vous avez du en entendre parler, non (du film j'veux dire)?

    Pour la p'tite histoire, afin d'étoffer l'univers du film, James Cameron a demandé à Paul Frommer, un consultant linguistique, de créé une langue pour les na'vi. Il avait déjà écrit quelques mots et c'est de là que Paul Frommer est parti pour élaborer la langue na'vi, dont la grammaire est en partie basée sur les langues polynésiennes. Suite à la sortie du film, de nombreuses personnes ont écrit à Paul Frommer pour lui demander de continuer à développer et étoffer la langue, avec de nouveaux mots notamment.

    Grâce aux fans, les ressources pour apprendre le na'vi sont apparues sur le web. Au début hasardeuse, les mots étaient souvent mal écrits, les informations ont été reprises et regroupées par certains fans, notamment sur le site Learn Na'vi (anglais).

    Du côté francophone, il existe désormais un Na'vi fpi Ayskxawng (Na'vi pour les nuls) fait par Xelloss. Si vous voulez apprendre la langue et même discuter du film (et des volets suivants qui vont suivre), vous pouvez vous rendre sur le forum Avatar de James Cameron. Il y a déjà des cours en ligne postés comme le Faisons une phrase. Avec ça, vous avez de quoi faire, et sinon Xelloss est toujours sur le forum pour vous aider! ;)

    Après, bien sûr, ça intéresse pas tous le monde (faut aimer la langue et l'univers), mais bon, perso ça m'intéresse *w* Même si le japonais est prioritaire donc j'ai pas trop le temps de m'y mettre pour l'instant mais j'oublie pas et de temps en temps j'y jette un coup d'oeil.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique