• Le clan du lac - Chapitre 1

    Le clan du lac - Chapitre 1

     

    C'était l'aube. Dans le camp du clan du Lac, certains guerriers étaient déjà réveillés. Crépuscule d'Argent, Feuille Cendrée et son novice, Nuage d'Ebène, venaient de prendre la relève de la dernière patrouille nocturne. Ils s'engagèrent dans un chemin entouré de ronces et de fougères, puis le groupe disparu.

    Dans un taillis de ronces, deux yeux ambré observaient le camp. Deux petits points rouge clair, dont le centre était un point noir qui sautait d'un bout à l'autre des tanières.

    Celle des guerriers, d'où venaient Crépuscule d'Argent et Feuille Cendrée, celle des novices, où Feuille Cendrée avait du aller réveillé Nuage d'Ebène, celle des anciens, que ces derniers ne quittaient presque jamais, puis venait la tanière de leur chef, Pleine Lune, et celle de leur guérisseur et son apprentie, Pelage de Marbre et Nuage de Soie. La dernière tanière qui s'élevait était le taillis de ronces dans lequel se cachait la paire d'yeux.

    Cette paire là appartenait à une chatonne rousse et aux pattes blanche. Nommée Petite Braise en raison de la couleur principale de son pelage, cela n'empêchait pas tout le camp de l'appelée Braise. La chatonne, bien qu'elle savait que son tour viendrait un jour, avait regardé partir Nuage d'Ebène avec envie. Comme elle aurait aimé être à sa place, elle aussi. Devenir une apprentie, avoir un mentor, partir en patrouille pour garder son territoire en compagnie de guerriers. Feuille Cendrée avait d'ailleurs la réputation d'être très gentille, et elle avait déjà formé Vent d'Hiver, un tout nouveau guerrier. Quand à Crépuscule d'Argent, il chassait très bien, ce qui était particulièrement utile lors de la saison des neiges. Braise, elle, devrait attendre d'avoir 6 lunes pour pouvoir apprendre les limites de son territoire, connaître les odeurs, savoir chasser et se battre, tout ce qui fait la vie des chats sauvages! Ce matin, elle venait d'avoir 5 lunes. La nuit passée avait été celle de la pleine lune, celle où Braise était née, ce qui l'aidait beaucoup pour connaître son âge. Elle devrait encore patienter une lune.

    Oh, il y avait bien sûr beaucoup de choses pour occuper la vie d'un chaton. Car, même si elle n'avait pas le droit de quitter le camp, elle pouvait s'y promener, tant qu'elle ne gênait pas trop. Elle adorait écouter les histoires des anciens, et voir Pelage de Marbre apprendre les remèdes à Nuage de Soie. Parfois, Feuille Cendrée lui racontait comment attraper une proie, et Braise essayait toujours de reproduire la position décrite. La guerrière la corrigeait en riant. La petite rousse se doutait que même avec ça, elle aurait beaucoup à apprendre, et elle avait vraiment hâte d'être apprentie.

    Une de ses questions était d'ailleurs celle-ci : Qui serait son mentor? Pleine Lune avait déjà Nuage Tigré, Soleil d'Horizon, leur lieutenante, n'avait jamais entraîné de chaton, à part Aurore Boréale, peu après qu'elle fut devenue guerrière. Braise ne savait pas trop qui elle préférait dans ceux qui restait et qui n'avaient personne. En fait, elle aurait bien aimé avoir Feuille Cendrée, parce qu'elle la connaissait déjà un peu et qu'elle était vraiment gentille. Crépuscule d'Argent était doué, mais bon, il l'était peut-être moins pour entraîné, il était aussi peut-être moins gentil qu'elle.

    Braise posa sa patte sur une épine alors qu'elle se dirigeait vers le milieu du camp, et elle réussit à étouffer un cri de douleur. Elle s'assit à l'écart de la pouponnière, d'où elle entendait sortir les ronflement de ses frères encore endormit, puis elle regarda ses coussinets.

    Il n'y avait rien. Juste une petite trace d'égratignure, mais sans plus. A force de vivre dans la pouponnière, autour de ronces, elle commençait à y devenir insensible. En fait, c'était surtout parce que ce n'était pas la première fois que ça lui arrivait.

    Braise leva la tête et regarda vers le Barrage.

    Le Barrage. Elle trouvait ça idiot quand même, d'établir son camp juste à côté, sachant que s'il se cassait, toute l'eau du Lac détruirait le camp et tuerait sans doute pas mal de chats. Alors pourquoi rester ici? D'accord, ça faisait longtemps que ce Barrage était là, mais c'était justement une bonne raison pour ne pas rester juste en dessous! D'un autre côté, le clan était attaché à cet endroit, cela faisait déjà plusieurs générations qu'il s'y était installé. Braise ne comprenait pas trop pourquoi tous le monde faisait passer l'ancienneté avant la sécurité, mais bon, libre à eux. Mais si jamais le Lac venait à faire disparaître le clan, ça serait entièrement de leur faute à tous, Pleine Lune et les autres guerriers qui voulaient absolument rester ici.

    La petite hocha les épaules et décida d'oublier tout ça. Après tout, ce n'était pas ses affaires, ils savaient sans doute ce qu'ils faisaient. En attendant, elle s'ennuyait, et Braise était bien connue pour ne jamais tenir en place plus d'une minute. Et une fois encore, elle fit honneur à sa réputation : sa queue se balançait derrière elle. Son œil de chat avait perçut le mouvement, et d'un geste vif, bien qu'imprécis à cause de son jeune âge, elle tenta d'attraper le bout de sa propre queue, jeux courant chez les chats. Elle s'y essaya, mais ne réussit pas. La chatonne fit encore quelques tentative, effleura une touffe de poils roux, mais sans parvenir à triompher. Finalement, elle s'avoua vaincue, mais seulement pour le moment. Elle n'avait perdu qu'une seule bataille, mais elle n'avait pas encore perdu la guerre!

    Cependant, elle fut à nouveau distraite, et cette fois, ce fut par une boule de mousse. Sans plus réfléchir, elle bondit dessus, la rata, et la pourchassa dans tout le camp jusqu'à être complètement épuisée.

    Elle s'aperçut alors que le vent avait baissé, et donc qu'il ne pousserait plus la boule de mousse au dernier moment. Alors, elle s'accroupit en s'en approcha en position de chasse, comme Feuille Cendrée lui avait raconté. La petite ne faisait pas un bruit en se déplaçant. Et puis, elle bondit. Sauf que cette fois, ce ne fut pas le vent qui la fit rater son jouet, ce fut une patte de chat, aussi petite que l'une de ses propres pattes, qui la poussa ailleurs au dernier moment. Braise failli atterrir dessus. Elle releva la tête, prête à accaparé de reproches le coupable, qui ne pouvait être qu'un de ses frères.

    C'était Ombre Nocturne. Enfin, Braise l'appelait Ombre, car son caractère laissait à désirer. Il avait beau être du même sang qu'elle, son passe-temps favori était de l'embêter à longueur de journée. Quand à son autre frère, Patte de Velours, qui venait d'apparaître derrière le premier mâle, il était le moins actif des chatons, mais il venait toujours les séparé quand l'un allait trop loin.

    Leur mère, Ecaille Rousse, se contentait de les regarder en souriant, et Braise comprenait que cela devait lui rappeler son enfance, car Nuage de Brume et Nuage d'Ebène se chamaillent aussi tous le temps!

    D'ailleurs, leur mère était déjà dehors, assise près de l'entrée,à les regarder. Sans plus faire attention à elle, Braise jeta en direction d'Ombre Nocturne :

    « Pourquoi t'a fait ça?! J'allais l'attraper!

    _Bah, même si je ne l'avait pas poussée, tu y serait quand même restée toute la journée! Railla son frère en souriant. Alors ça ne peut pas te faire de mal!

    _Répète un peu! »

    Sans plus attendre, la petite rousse lui sauta dessus et le fit atterrir sur le mur de ronces. Naturellement, le chaton poussa un cri de douleur, mais Braise savait qu'il en rajoutait, car sa fourrure, bien que courte, était assez épaisse, et ce n'était pas de petites épines comme celle-là qui allaient le blesser, comme elle avec ses coussinets tout à l'heure. Cependant, Ecaille Rousse s'approcha, inquiète.

    « Ça va? Braise, tu devrais t'enlever, il s'est peut-être blessé! »

    A contrecœur, la chatonne lui obéir et regarda le chenapan se faire soigneusement ausculté par la reine. Braise marmonna, plus pour elle que pour autre chose :

    « Pfff! Il fait semblant. En plus, il fait le coup à chaque fois! »

    Patte de Velours fit alors une remarque qui lui attira la sympathie de sa soeur et qui ne fit pas plaisir à l'intéressé :

    « Eh bien, Ombre, ce n'est pas comme ça que tu deviendra comme Cœur de Neige! »

    Ecaille Rousse tressaillit, puis elle s'éloigna de son chaton en comprenant qu'il n'avait rien. Elle se contenta de laisser ses petits parler.

    Quand au Cœur de Neige en question, il s'agissait d'un jeune vétéran du clan, surdoué, fort, loyal, intelligent, gentil, il avait toute les qualités, il aurait pu devenir chef, mais il c'était enfui. Lorsqu'il était parti du clan, Braise et ses frères avaient une lune environ. Il n'était jamais réapparu, et sa force et son courage légendaire sont devenu célèbre dans le clan, et même parmi les deux autres tribus voisines de celle du clan du Lac : les clans des Ronces et de la Lande.

    « Je m'en fiche de lui, il n'était même pas loyal! Sinon, il n'aurait pas quitté le clan! »

    Braise le fixa, se disant qu'il ne disait pas que des choses idiotes tous le temps. C'était vrai. Pourquoi ce guerrier, qu'on disait si fidèle au clan, l'avait-il fuit sans rien dire? Leur mère pris alors la parole, sans vraiment leur donner de réponse :

    « C'était un chasseur vraiment fort, il aurait fait un bon chef, il le savait, et il restait modeste. Il aurait donné sa vie pour le clan. Je suis sûre que si il est parti, c'est parce qu'il a une bonne raison pour le faire. »

    Les trois petits ne rajoutèrent rien. Braise aperçut alors les autres guerriers partir à la chasse ou à l'entraînement avec leur novice. Elle ignora la jalousie qui la prenait à chaque fois qu'elle voyait cette scène, et elle s'étira, avant de demander :

    « Maman, on peut aller voir le Lac aujourd'hui s'il te plaît? »

    Ecaille Rousse la regarda et, avec un sourire et une voix douce, elle répondit :

    « Pourquoi pas. Il fait beau, c'est le début de la saison des feuilles verte, nous pouvons bien aller y faire un tour! »

    Même Ombre Nocturne signala son enthousiasme à cette idée. La petite rousse s'apprêtait à suivre sa mère, lorsqu'elle vit son chef sortir de son antre pour aller entraîné son novice. Braise lui lança un regard, puis elle suivit sa famille vers la clairière.

     

    * * * * *

     

    La journée commençait plutôt bien. Bien dans le sens où il faisait beau, pas trop chaud, le vent était calme. Bref, une journée idéale pour tout, sauf pour la pêche dans le Lac, où il faudrait encore faire attention à son ombre, mais bon, il suffirait de bien se placer. De toute façon, Nuage Tigré ne pensait pas faire de la pêche aujourd'hui. Bien entendu, il ne pouvait pas savoir ce que son mentor lui avait prévu pour la journée, mais lorsqu'il avait ce genre d'intuition, il se trompait rarement.

    Quand même, quel chance il avait eu, lui Nuage Tigré, d'avoir comme mentor leur chef! Lorsqu'il se rappelait sa cérémonie, il avait déjà été très fière de devenir enfin un novice. Mais lorsque leur meneur avait déclaré qu'il s'occuperait de son entraînement, il était resté bouche bé pendant quelques secondes. Et puis, même aujourd'hui, il se demandait pourquoi Pleine Lune avait décidé de le prendre,lui, comme apprenti, alors qu'il y avait plusieurs chasseurs sans novice. En plus, pourquoi lui? Il n'avait rien de spécial après tout à sa connaissance. A si, effectivement, il avait une différence comparé aux autres membres du clan : il n'y était pas né. Il ne partageait pas le sang du clan, du moins, qu'à moitié. Car son père faisait parti du clan, c'était Cœur de Neige. Et sa mère était une solitaire nommée Plume de Cygne. Elle était morte en mettant bas, et Cœur de Neige avait su convaincre Pleine Lune de recueillir le seul petit de la portée : lui. Évidemment, le clan n'avait pas su toute cette histoire, tous le monde pensait qu'il était entièrement fidèle à la tribu.

    C'était vrai! Nuage Tigré en était sûr, son père n'avait jamais trahi les siens, ce n'était quand même pas sa faute si son cœur avait été conquis par une solitaire?! C'était peut-être par méfiante envers lui que son chef l'avait pris pour novice, de peur qu'il soit comme son père.

    Nuage Tigré n'eut pas le temps de rester sur ses pensées et souvenirs, car le meneur du clan du Lac venait de sortir de sa tanière. Ses mouvements étaient empreint de grâce, comme chez tous les félins. Le jeune novice l'admirait, et il voulait devenir un chef lui aussi, pour sauver l'honneur d'un père qu'il n'avait jamais connu mais qu'il savait bon. Même si il ignorait quand même la raison de son départ. Il aurait du rester, et même sans se souvenir de son visage, Nuage Tigré avait l'impression de le connaître comme si il était resté à ses côtés dans la tribu.

    Pleine Lune parcouru le camp d'un regard puis, voyant que tout allait bien, et après s'être arrêter quelques secondes à la vue d'Ecaille Rousse emmenant sa portée près du Lac, il se leva pour s'approcher de lui sans un bruit, d'une démarche souple que son apprenti aurait aimé possédé lui aussi.

    Le mâle blanc s'arrêta près de lui, et Nuage Tigré eu l'impression d'être minuscule à ses côté. Le félin imposant lui dit alors d'une voix neutre :

    « Suis-moi. »

    Étonné, le chaton se redressa et fixa un regard interrogateur dans celui de son mentor. D'habitude, il lui disait toujours le programme de la journée. Mais son entraînement avait commencé il y a peu, c'était donc normal que son chef se conduise parfois d'une façon étrange et inhabituelle pour lui.

    Le petit tigré suivit Pleine Lune dès que ce dernier se mit à avancer vers la sortie. Ils s'engagèrent dans le passage qui servait d'entrée et de sortie, puis son aîné accéléra l'allure, sans pour autant courir. Pendant qu'il le suivait, Nuage Tigré repensait à ce qu'il avait déjà vu. Son chef lui avait déjà appris à grimper correctement aux arbres et à nager un minimum. Il l'avait aussi initié à la marche à pas feutré, sans faire de bruit, tout le poids du corps sur l'arrière-train, chose que le petit maîtrisait maintenant. Ils avaient aussi appris comment se dissimulé grâce aux odeurs, chose qui peut être très utile lorsqu'on s'approche d'un ennemi. Aujourd'hui, se serait sans doute le tour du territoire.

    Le meneur s'arrêta devant une rivière qu'il pouvait sans doute sauter d'un bond, ce qui n'était pas le cas de Nuage Tigré. Pleine Lune se retourna et dit :

    « Bon, aujourd'hui, je vais te faire visiter notre territoire et t'en présenter les différents endroits. Mais d'abord, cette rivière, qui traverse nos terres jusqu'à disparaître sous la terre pour aller alimenté le Lac, c'est la Rivière Mère, d'accord? C'est grâce à elle que nous avons de l'eau à notre disposition et que nous ne souffrons jamais de la sécheresse.

    _Ah bon, même quand il fait très chaud et sec, il y a toujours de l'eau dans le Lac?! S'exclama le novice.

    _Eh oui, ça nous donne avantage sur les autres tribus, qui, heureusement, ne connaissent pas la position de notre camp. Sinon, ils nous attaqueraient pour avoir notre eau dans ces périodes, crois-moi! »

    Nuage Tigré hocha la tête pour approuver, mais sans faire de commentaire. Pleine Lune lui expliquait patiemment et sans méchanceté. C'était un bon mentor, qui passait par tout, et le chaton pensait que grâce à son enseignement, il pourrait devenir aussi fort et apprécié que son père. Oui, il voulait ressembler au moins un peu à Cœur de Neige. Après tout, ils partageaient le même sang, et il l'aimait, puisqu'il avait demandé à sa tribu de l'accueillir.

    Il revint alors à la réalité. Pleine Lune le regardait toujours, souriant légèrement.

    Le chaton tigré devint à nouveau attentif, car son mentor n'avait rien à faire d'un chat qui n'écoutait pas ses explications. Il se retourna et sauta d'un bond sur l'autre rive. Puis il s'en éloigna d'un mètre et lança :

    « A ton tour! Sert-toi de ce que tu as appris en nage! »

    Il sait que je vais tomber à l'eau. Compris le novice. Puis, sans plus s'attarder, il pris son élan, courut vers l'eau et sauta. Un instant, il cru presque y arriver, mais la terre laissa la place à la rivière. A peine était-il tombé dans l'eau qu'il agita les pattes pour remonter à la surface, comme il s'y était déjà entraîné dans le Lac. Il réussit à regagner l'air assez vite et il s'agrippa au sol. Le courant était peu fort a cet endroit là, et il en était bien content. Le félin se hissa hors de l'eau et s'ébroua, avant de relevé la tête vers son chef.

    « Tu nage plutôt bien. Le complimenta-t-il. Nous allons continuer à traverser notre territoire. »

    Lui demander de le suivre n'aurait servit à rien, c'était une évidence. Nuage Tigré bondit sur ses pattes. Il jeta un dernier regard à la Rivière Mère, et il se promit de retenir tout ce que son mentor lui dirait. Il suivit ensuite ce dernier qui c'était déjà faufilé entre les broussailles. Le chaton se hâta à sa suite pour ne pas le perdre de vue.

    Les arbres étaient tous vert, chargés de feuilles. Sous les feuillages, deux ombres couraient à toute allure. Pleine Lune était devant, et Nuage Tigré peinait à garder son rythme. Il commençait à être épuisé, mais il ne voulait pas perdre son mentor de vue. L'odeur des fleurs et de la végétation emplissait ses narines. Celle d'un lapin aussi, mais chasser n'était pas leur but, et le petit tigré ne s'y était jamais essayé. Haletant, il s'arrêta juste derrière son mentor. Puis, après avoir un peu repris de sa course, il regarda à côté du félin blanc, et il aperçut une sorte de vide après la pierre. C'est le bout du monde?! Pensa le chaton, avant de voir que la terre reprenait à plus d'une dizaine de mètre d'eux. Il s'approcha et s'arrêta à quelques longueurs de souris du vide. Puis il tourna un regard interrogateur vers le guerrier.

    Celui-ci ne se fit pas plus prier pour donner des explications :

    « Ici, c'est la Grande Falaise. Une chute peu y être mortel. C'est pourquoi il faut mieux éviter de s'en approcher. De l'autre côté, il y a des terres inconnues, qu'un chat explorera peut-être un jour. »

    Nuage Tigré acquiesça en tentant de voir le fond. Il ne savait pas à combien de longueurs de renard s'étendait ce gouffre, mais il n'avait pas tellement envie d'aller les compter. Il s'éloigna et demanda à Pleine Lune :

    « C'est quoi notre prochain arrêt? »

    Le chef ne répondit pas. Juste par un sourire et un clin d'œil, puis il s'élança de nouveau dans une autre direction. Le chaton se lança à sa suite, curieux. Ils longèrent la Grande Falaise, puis leurs pattes foulèrent à nouveau l'herbe, absente près du gouffre, et la fissure fini par disparaître totalement entre les arbres et buissons. Encore quelques minutes de course effrénée et ils arrivaient dans une clairière, au milieu duquel s'élevait un sapin et, à deux longueurs de renard de son écorce, le tronc coupé d'un chêne.

    Les deux chats descendirent jusqu'à l'arbre à épines et ils s'arrêtèrent près du tronc coupé. Nuage Tigré sentait en cet endroit l'odeur de son clan, et la faible brise lui apportait aussi l'odeur de chats inconnus. Le paysage, en face de son territoire, était plus haut et à découvert et plus balayé par le vent d'un côté, de l'autre il était sombre, fait de rares arbres et buissons, un sol rocailleux et des ronces. C'était tout ce qui en était visible.

    Avant même que le chaton ai pu les quérir d'un regard, le mentor se lança dans les explications :

    « En face,de toit, à gauche, le territoire balayé par le vent est celui du clan de la Lande. A droite, ce paysage sombra appartient au clan des Ronces. Je te conseil de te méfier de ses membres, ils sont fourbes et manipulateurs. Le vent t'apporte l'odeur des félins du clan de la Lande. Tu aura l'occasion de sentir celle du clan des Ronces plus tard. »

    Une fois qu'il eu finit de parler, il tourna la tête vers le sapin. Il sauta sur le tronc coupé, se retourna et continua ses explications devant un petit tigré très attentif, mais affamé :

    « Cet endroit est appelé la Clairière du Sapin, en l'honneur de l'arbre qui s'y élève. Chaque nouvelle lune, les trois clan, dont les trois territoires se rejoignent ici, se rassemble en ces lieux pour parler en paix des différents problèmes des tribus, les nouveaux novices et guerriers etc... Attend-moi ici quelques instant, je n'en ai pas pour longtemps. »

    Le chef sauta agilement de son promontoire, puis il grimpa la pente jusqu'aux arbres, de leur côté de la clairière, puis il disparu dans la végétation. Le novice resta planté là, au milieu de la Clairière du Sapin, et son ventre gargouillait. D'habitude, ils faisaient toujours une pause à midi. Pleine Lune allait chasser pendant qu'il se perfectionnait dans la matière du jour. Le soleil était à son zénith.

    Nuage Tigré regarda autour de lui, émerveiller de savoir que chaque soir de nouvelle lune, toutes les tribus se réunissaient ici. Il restant donc encore une demi-lune avant la prochaine Assemblée. Cependant, il savait qu'il aurait du mal à continuer d'être attentif avec un ventre vide.

    Il se mit alors à regarder le ciel. Les nuages y étaient très rare, et le soleil brillait, éclairant les terres des trois clans. Le chaton huma encore l'odeur de la tribu de la Lande pour s'en souvenir, car il était important de connaître l'odeur d'un ennemi, rien que pour le savoir approcher.

    Le petit tigré attendait déjà depuis quelques minutes, lorsque son mentor revient enfin. Il portait dans sa gueule deux proies : un lapin et une souris. Il les déposa devant le chaton et lui dit de manger. Ce dernier accepta avec joie, et il englouti les deux proies. Il n'avait pas tellement eu le temps de manger ce matin. Et puis, la nourriture, à la saison des feuilles verte, n'était pas qu'abondante, elle était aussi délicieuse. La chair était tendre et juteuse. Le petit ne mit pas longtemps à tout terminé, et il se hâta d'enterrer les os pour pouvoir avoir la suite des explications.

    Pleine Lune le regardait faire en souriant. Puis, lorsque le novice fut de nouveau attentif, il repris la fin de son petit discours :

    « Il y a certaines autres choses que tu doit savoir. Le chef du clan de la Lande est Lune de Feu, et le meneur du clan des Ronces est Lune de Nuit. »

    Il se tut. Il avait terminé ses explications pour ce lieu là. Mais Nuage Tigré devinait qu'ils avaient encore du chemin à parcourir, puisque seul était passée la moitié de la journée. Son chef se lança à nouveau vers un lieu et il le suivait toujours, essayant de ne pas se laisser distancer...

     

    * * * * *

     

    Au cœur du territoire du clan du Lac, la forêt n'était guère paisible. Le chant des oiseaux s'ajoutait au bruissement des feuillage, le craquement de la végétation, et d'autres bruits divers. L'un d'eux était presque imperceptible, même pour l'animal qui le produisait. Sous le couvert coloré des buissons, une ombre blanche tachée de noire avançait en silence, les sens en alerte. Ses yeux doré parcouraient les broussailles en quête d'un mouvement furtif, son museau cherchait l'odeur d'une éventuelle proie, ses oreilles le bruit des pattes sur le sol, sa fourrure et ses pattes tentait de sentir des vibrations qui ne venaient pas d'elles.

    Eclair de Lune chassait seul cet après-midi. D'habitude, il se plaisait à traquer le gibier avec Lueur Sombre et Fleur de Givre, mais ils étaient tous les deux dans la patrouille de l'après-midi avec le novice de Fleur de Givre : Nuage de Saphir.

    Pour l'instant, la chasse avait été plutôt bonne : un merle, un campagnol, deux souris du côté de la Grande Falaise, et un lapin vers la Clairière du Sapin. Le vent lui avait apporté l'odeur d'une musaraigne, mais il avait perdu sa trace juste après s'être mis sur sa piste. Il était maintenant du côté du clan des Ronces, près de l'Allée des Marronniers, où s'étendait une suite de marronniers peut apprécier en automne-hiver, qui marquait la limite entre les terres des deux clans du Lac et des Ronces. Mais le rongeur ne semblait pas avoir été dans le coin. Peut-être était-il allé du côté de la Cuve, une sorte de petite clairière plus base que le reste du terrain, et où le sol n'était que sable. Le guerrier progressa donc vers la Cuve aussi discrètement que possible. Il était guerriers depuis deux saisons déjà. Il n'avait jamais eu d'apprenti et il ne s'en plaignait pas. Il chassait avec ses amis et anciens camarades d'entraînement, Lueur Sombre et Fleur de Givre, du moins, en général.

    Lueur Sombre avait toujours été plutôt mystérieux et froid. Mais ce n'était que de façade, et Eclair de Lune avait été le premier à créer des liens avec lui. Quand à Fleur de Givre, c'était sa soeur adoptive, car sa mère était morte en accouchant. C'était un accident assez courant mais rare lorsqu'un guérisseur était présent. A ce moment là, le leur s'occupait de la cueillette de remèdes, et il n'avait pas pu arriver à temps.

    Soudain, l'odeur de la musaraigne revint chatouiller les narines du chasseur. Effectivement, elle était allée du côté de la Cuve.

    Le guerrier redoubla de prudence pour avancer le plus discrètement possible. Enfin, il aperçut sa proie entre les herbes. Il posait une patte devant l'autre, doucement, sans faire un bruit, sans quitter le rongeur des yeux, oreilles et queue baissés pour ne pas se faire repéré. Enfin, lorsque la distance fut assez courte, il bondit sur sa proie. La musaraigne eu à peine le temps de faire un geste de fuite, déjà le prédateur était sur elle et la tenait entre ses crocs acérés. L'achever pris bien moins de temps que de l'approcher discrètement, et le guerrier pu enterrer sa proie. Il c'était à peine éloigné qu'une nouvelle odeur fut apportée par le vent : celle d'un écureuil. Il se remit en position d'approcher, marcher à pas feutré, toute ses techniques étaient devenu un automatisme pour lui. Ce n'était pas un vétéran, mais il avait l'habitude de chasser. C'était son activité préférée, surtout quand ses amis l'accompagnaient.

    Ce jour là, il faisait sans, et ce n'était pas grave. Une petite exception de temps en temps n'a jamais fait de mal à personne. Il approchait d'un arbre. L'écureuil était en bas, il semblait grignoter une noisette. Le chasseur banda ses muscles, prêt à bondir, lorsqu'une nouvelle odeur le figea sur place.

    C'était un blaireau!

     

    * * * * *

     

    « Un blaireau?! Tu es sûr? S'exclama Nuage de Flamme.

    _Si si, Pleine Lune et moi, en revenant de la Colline Déserte, on a senti son odeur, et je t'assure que c'était bien un blaireau! Assura Nuage Tigré, sûr de ses dires.

    _Mais, la Colline Déserte, c'est où? Je n'ai pas encore fait le tour du territoire, mon mentor, Aurore Boréale, dit qu'il faut d'abord que je sache chasser.

    _Bah, c'est juste avant le territoire du clan des Ronces. C'est une colline noire au sommet duquel s'élève un arbre mort tout noir et qui n'a jamais de feuilles. On a une bonne vue sur nos terres et celles de l'autre tribu de là, mais le territoire du clan des Ronces n'a pas l'air rassurant! Il y a même un marais tout au bout d'après ce qu'on dit.

    _Je sais pas, mais tu parlais de la trace d'un blaireau. Qu'est-ce que vous allez faire? Demanda la novice.

    _Je ne sais pas. Je crois que Pleine Lune va envoyer une patrouille à sa poursuite pour le tuer, mais je ne suis pas sûr, il est parti avertir le clan et son lieutenant dès notre retour! Avoua le félin tigré.

    _Attend, on dirait qu'il se passe quelque chose! Interrompit la femelle. Oui, près de l'entrée!! »

    Nuage Tigré se retourna pour voir Eclair de Lune entré dans le camp. Ses poils étaient ébouriffés et il laissait une trace de sang derrière lui. Pas de doute : il était blessé. Les deux apprentis se hâtèrent vers lui, comme la plupart des membres du clan. Cependant, le chaton réussit à être parmi les premiers pour savoir ce qui c'était passé.

    « Que t'est-il arrivé Eclair de Lune?! S'étonna Fleur de Givre, qui était rentrée dès que le soleil c'était approché de l'horizon. Tu as été attaqué par un membre d'un clan adverse?! »

    Le novice su tout de suite que ce n'était pas ça. L'odeur qui enveloppait le félin était très reconnaissable : c'était sans doute le blaireau qu'il avait repéré avec son chef quelques instant plus tôt.

    Pleine Lune arrivait justement, suivit de son lieutenant, Soleil d'Horizon. La foule, qui avait grossit derrière Nuage Tigré sans que ce dernier ne s'en aperçoive, s'écarta pour les laisser passer, tout comme Pelage de Marbre, qui se hâtait également vers eux, des toiles d'araignées enroulées autour de la patte.

    Leur chef réussit à s'approcher du blesser qui c'était allongé. Il lui demanda simplement :

    « Que c'est-il passé? »

    Et Eclair de Lune raconta, pendant que le guérisseur s'occupait à soigner ses blessures, dont la plus grosse était sur son flanc.

    « J'étais sur le point d'attraper un écureuil. Raconta le guerrier. Lorsque j'ai senti l'odeur d'un blaireau. L'écureuil aussi l'a sentie et il s'est enfui. Moi, je me suis redressé pour pouvoir savoir d'où il venait. C'est alors qu'il m'est tombé dessus par derrière, et je peut vous assuré que ces bestioles ont vraiment un mauvais caractère. Il m'a griffa au flanc, et j'ai évité de justesse un coup de patte à la tête. Je me suis écarté et je me suis tout hérissé. Ignorant ma blessure, je l'ai attaqué, parce que je savait qu'avec elle, je n'aurait pas le temps ni la force de m'enfuir. Après quelques coups de crocs bien placés, j'ai pu le mettre en fuite, et je suis tout de suite devenu au camp.

    _Tu as bien fait. Le félicita Pleine Lune. Tu as été brave en attaquant ce blaireau, il aurait pu te tuer.

    _Il l'aurait fait si je ne m'était pas défendu de cette manière. » Répliqua le guerrier.

    Au même moment, Pelage de Marbre se redressa. Il semblait avoir fini de prodiguer les soins. Il annonça à son patient :

    « La blessure au flanc est profonde, mais les autres sont plus superficielles. J'ai mis des toiles d'araignées, mais ça ne suffira sans doute pas. J'apprécierais donc que tu reste un jour ou deux dans ma tanière et que tu ne sorte pas jusqu'à ce que ce blaireau soit hors d'état de nuire! »

    Le chef acquiesça et s'écarta pour laisser passer le blessé et le guérisseur. Puis il regagna sa tanière, située dans la pierre qui formait le promontoire d'où il réunissait le clan. Soleil d'Horizon, quand à elle, s'approcha de Nuage Tigré et lui proposa de faire parti du groupe qui irait pourchasser le blaireau. Le novice accepta de bon cœur, puis il finit le rat d'eau qu'il avait entamé et y se coucher.

     

    * * * * *

     

    Braise revenait du Lac alors que le soleil avait presque disparu. La patrouille du crépuscule était déjà partie, et sa mère pestait en souriant contre ses chatons qui n'avaient pas voulu rentrer plus tôt. Ombre Nocturne et Patte de Velours avaient du mal à mettre une patte devant l'autre. Pour elle, ça ne posait pas de problème.

    Toute la journée, elle avait joué avec ses frères, elle c'était baignée, avait contemplée le camp, discuté avec Ecaille Rousse, bref, elle avait vraiment passé une bonne journée. Ce n'était pas tous les jours qu'elle pouvait rester aussi longtemps près du Lac. Leur mère avait attrapé des poissons comme repas.

    Mais après la joyeuse journée passée près de l'eau, Braise commençait effectivement à être fatiguée. Lorsqu'ils entrèrent dans le camp, ils remarquèrent deux guerriers discuter devant leur antre. Il s'agissait de Lueur Sombre et de Fleur de Givre. Curieuse, Braise voulu aller voir de quoi il s'agissait, mais Ecaille Rousse la força à aller dans la pouponnière. Elle leur dit de s'endormir. Pour les deux mâles, ce fut chose faite en peu de temps. Pour Braise, en revanche, ce ne fut que de la comédie, car elle savait que sa mère allait sortir juste après.

    Enfin, Ecaille Rousse se leva et, après un dernier coup d'œil sur sa portée adorée, elle sortie. Sa fille la suivit du regard. La mère s'arrêta effectivement auprès des deux guerriers, et ils se mirent à parler tous les trois en sembles, mais ils étaient trop loin pour que la petite puisse les entendre. Elle s'approcha donc, quittant la pouponnière et sa chaleur pour la fraîcheur du soir, qui ne lui était guère désagréable. Elle s'approcha à pas feutrés, comme un peu plus tôt avec la boule de mousse, et elle pu entendre le récit de l'attaque du blaireau et de la résistance que lui avait opposé Eclair de Lune, ainsi que les blessures du guerriers.

    Finalement, les trois félins se séparèrent après un bref au revoir. Les deux guerriers rentrèrent dans leur tanière, tandis qu'Ecaille Rousse revenait vers la pouponnière. Braise voulut reculer en catimini, mais son mouvement fut surpris par le regard de sa mère, et la petite du s'avouer vaincue sur ce coup là. Elle s'approcha de la chatonne et lui murmura :

    « Tu nous écoutait n'est-ce pas?

    _Oui, mais rien qu'un peu! Et puis, j'ai bien le droit de savoir ce qui se passe au sein de ma propre tribu quand même! Se défendit Braise.

    _Tsss! Mais je te l'aurait dit demain! Il faut dormir maintenant!

    _Eh, c'est pas grave ce qui lui est arrivé à Eclair de Lune hein? Il va s'en sortir, et le blaireau sera pourchassé et tué!

    _Mais oui, tu n'as pas à t'en faire, vous ne courez aucun danger! »

    La reine lui adressa un sourire rassurant, et la chatonne compris qu'il n'y avait plus de danger grâce à Eclair de Lune. Bon, elle avait compris que le blaireau était toujours vivant, peut-être près du camp, mais ils étaient en sécurité,, il ne s'approcherait jamais d'un si grand nombre de félins.

    Braise entra dans la pouponnière et s'endormie l'esprit tranquille dans l'attente du lendemain pour s'amuser de nouveau avec ses frères et sa mère, et surtout entendre que le blaireau avait été tué, rendre visite à Eclair de Lune pour le féliciter d'avoir affronté le blaireau, et puis surtout pour qu'il ne s'ennuie pas tout seul, comme lorsqu'elle n'a pas le droit de sortir de la pouponnière de toute la journée.

    Oui, elle avait des choses de prévues pour le lendemain, la petite Braise, et elle sombra dans le pays des rêves, l'esprit léger...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :