• La fin de l'Organisation - Chapitre 8 - DC Fanfic

    La fin de l'Organisation - Chapitre 8 - DC Fanfic

    Chapitre 8 : Le dernier combat

     

    -Qu'est-ce que...

    Gin resta interloqué pendant quelque seconde devant l'espace vide qu'occupait son prisonnier il y a encore quelques minutes, puis il se repris enfin.

    -Cherchons-le, il n'a pas pu aller bien loin dans son état!

    Son comparse hocha la tête, également surpris, puis ils se séparèrent pour chercher l'enfant. Pourtant, ils n'en trouvèrent aucune trace. Il c'était littéralement volatilisé.

    -Aniki (patron), comment est-ce possible? Interrogea Vodka.

    -Il n'a pas pu s'en aller seul, déclara aussitôt l'homme en noir. Quelqu'un a dû l'aider. Ou alors il s'est trouvé une sacré bonne cachette, mais nous avons tout fouillé.

    Gin jeta un dernier regard à l'intérieur du bâtiment, puis il sortit.

    -Et maintenant, que fait-on?

    -On s'occupe du FBI, on retrouve Sherry et le gosse par la même occasion et on fait ce qu'on aurait dû faire depuis longtemps : on s'occupe de leur entourage.

     

    Conan regarda partir les deux hommes par la fenêtre du deuxième étage d'un immeuble délabré voisin, puis il se tourna vers le reste de la pièce.

    -Comment se fait-il que vous soyez ici? J'ai entendu dire qu'il y avait eu une fusillade entre le FBI et les MIB. Que s'est-il passé?

    Le docteur Araide poussa un soupir désapprobateur en examinant les multiples blessures de Conan.

    -Tu ne crois pas que tu pourrais te reposer un peu plutôt?

    -Non, je dois savoir! Et puis ce n'est pas terminé!

    Il se tourna vers la seconde personne présente.

    -S'il vous plaît, Jodie-sensei!

    L'agent du FBI ne c'était toujours pas remise d'avoir retrouvé l'enfant dans cet état, et pourtant toujours aussi combattif. Devant son regard, elle céda.

    -Eh bien, en effet, il y a eu un échange de coups de feu, mais il n'a pas duré longtemps car ils ont utilisé du gaz lacrymogène. Ils pensaient s'en servir pour nous déstabiliser et ainsi nous tuer facilement, mais nous nous en sommes au contraire servir pour nous cacher et contre-attaquer. Nous ne sommes quand même pas des incapables!

    -Et Haibara? Interrogea le détective en remarquant qu'elle n'était pas présente.

    -Eh bien..

    Jodie paraissait horriblement honteuse.

    -Dans la fumée, je l'ai perdue de vue. Je croyais qu'elle c'était faite attraper par quelqu'un de l'Organisation, mais il semblerait qu'ils la cherchent toujours. Je ne sais pas où elle est.

    Le garçon baissa la tête, pensif.

    -Je vois...

    -Bon sang, Conan, tu ne peux pas arrêter de bouger? Fit le docteur Araide.

    Il se tourna vers la femme.

    -Maintenant, ça suffit, il faut absolument l'emmener à l'hôpital! Vous avez vu un peu dans quel état il est? Il a besoin de vrais soins!

    Mais l'agent du FBI fit non de la tête.

    -On ne peut pas pour le moment, c'est trop dangereux. Il faut d'abord qu'on s'occupe de l'Organisation. C'est le moment ou jamais d'en finir.

    Cette fois, le docteur Araide perdit patience et se leva pour faire face à Jodie.

    -Vous vous rendez compte de ce que vous faites? Cet enfant n'a pas à être embarqué là-dedans, il va finir par se faire tuer!

    La femme ne fut pas la seule surprise par la réaction du docteur, mais elle se repris aussitôt.

    -Chut, faites moins de bruit! Ils doivent encore être dans le coin!

    L'homme consentit à baisser d'un ton, mais il paraissait toujours aussi décidé.

    -Tout ceci doit cesser! Déclara-t-il.

    -Au moins, sur ce point, je suis d'accord avec vous, mais ce n'est pas en abandonnant maintenant que nous réussiront! Pire, cela nous mettrait tous d'avantage en danger!

    -Alors que proposez-vous? Interrogea Conan.

    Jodie baissa son regard sur lui.

    -Eh bien nous avons capturé plusieurs hommes. Si seulement nous pouvions attraper également Gin et Vodka...

    -Alors qu'attendez-vous? S'énerva à nouveau le docteur. Ce sont eux non, qui s'éloignent? Vous les aviez juste en face de vous!

    Jodie étouffa un rire.

    -Quoi, seule face à eux deux? Je n'avais aucune chance. Même uniquement face à Gin, j'aurais douté de pouvoir l'arrêter. D'autant plus que lui cherchera à me tuer, ce qui rend notre mission plus difficile et délicate.

    -Alors, que comptez-vous faire?

    -Trouver d'autres agents du FBI pour les arrêter.

    -Et retrouver Haibara, rajouta le détective blessé.

    La femme hocha la tête.

    -Oui, aussi.

    Le docteur Araide regarda successivement Conan puis l'agent du FBI avant de pousser un soupir.

    -Bon, très bien, terminez-en donc! Vous n'avez qu'à appeler vos collègues. Pendant ce temps, je m'occupe de Conan, qui restera ici.

    L'intéressé leva aussitôt la tête, mais l'homme, à peine eut-il croisé son regard, repris :

    -Et hors de question que tu sortes de cette pièce pour te remettre en danger! De toute façon, tu n'es pas en état.

    Cette fois, Jodie semblait d'accord. Difficile d'en être autrement en voyant dans quel état était Conan. Il faisait visiblement des efforts pour suivre la conversation. Le détective ne fit rien pour les faire changer d'avis, il avait bien conscience d'être une gêne plus que tout autre chose. Mais il n'aimait pas l'idée de ne pas être au courant de ce qui se passait.

    -Promis, je te tiendrais au courant par téléphone! Lui dit Jodie en remarquant son impuissance.

    Il hocha la tête, marquant à nouveau cette facette unique : un sérieux d'adulte dans un corps d'enfant. Le docteur Araide ne s'y était pas encore habitué. Lui qui voyait en lui un enfant normal! Quoique un peu plus intelligent que la moyenne.

    -Bien. Je descend retrouver James et les autres. Restez ici pendant ce temps d'accord? Dès que possible, j'enverrai des agents venir vous chercher.

    Là-dessus, la femme ne s'attarda pas. Elle craignait que le Cool Kid ai remarqué ce qu'elle avait derrière la tête : elle voulait les éloigner dès que possible, et non pas attendre d'avantage pour le faire! Le docteur Araide avait raison, ils ne pouvaient pas rester plus longtemps. Et elle se doutait que l'enfant s'y opposerait.

     

    L'agent du FBI sorti en courant du bâtiment après avoir vérifier rapidement qu'il n'y avait personne. Elle s'éloigna sans remarquer le regard triomphant posé sur elle.

    -On la laisse partir, aniki?

    -Pour le moment. Sa serait trop bruyant de l'en empêcher. Et puis elle finira bien par revenir!

    L'homme en noir attendit quelques secondes après que la femme ai disparu, puis il se hâta vers le bâtiment, son comparse à sa suite.

     

    -Allô? Commissaire Megure à l'appareil?

    Les inspecteurs tournèrent des têtes surprises vers leur supérieur. Ils avaient jugé plus sûr de ne pas déclencher les sirènes pour se rendre sur le lieux de la fusillade. Ils étaient pratiquement arrivés et s'apprêtaient à inspecter les lieux, aussi le coup de fil tombait-il assez mal. Plusieurs agents se demandèrent qui pouvait bien appeler, mais aucun ne le fit. C'est assez rare qu'on parle quand la personne que vous fixez viens de changer complètement d'expression comme si un truc du style montagne venait de lui tomber dessus.

    -Comment?!

     

    Un bruit métallique assourdissant fit sursauter le Dr. Araide et se redresser – et grimacer – Conan.

    -Qu'est-ce qui se passe? Demanda l'adulte.

    -Je ne sais pas, mais on a intérêt à se faire discret si ce ne sont pas les agents du FBI, hors je doute que se soit eux.

    -Ils auraient été plus discrets, c'est ça?

    -Exact.

    -Je vais voir!

    -Soyez prudent!

    Araide se leva avec un air décidé. Certes, en agissant ainsi, il abandonnait Conan, mais il fallait savoir si il s'agissait d'une menace ou pas. Il sortit dans le couloir et referma doucement la porte derrière lui pour qu'on ne voit pas Conan si il lui arrivait quelque chose. Alors qu'il s'approchait du bout du couloir, il se rendit compte de ce qu'il venait de faire et jura mentalement contre l'agent du FBI qui l'avait prié de les aider parce qu'elle lui avait sauvé la vie quand Vermouth voulait prendre sa place. Cependant, il n'était pas arrivé au bout que des bruits de pas se firent entendre. L'homme lança des regards inquiets autour de lui, cherchant une cachette, mais une ombre se profila en face de lui avant qu'il se soit glissé derrière la porte qu'il venait de repérer.

    -Dr Araide!

    L'intéressé regarda à nouveau en face de lui, stupéfait par l'identité de la personne qui lui faisait face... et qui n'avait rien à faire ici.

     

    Gin ne regrettait pas sa décision. De toute façon, même sans envoyer Vodka, il doutait fortement que l'enfant ai pu se déplacer tout seul avant leur retour, le FBI avait autre chose à faire! Il avait contacté ses hommes un peu plus tôt, qui lui avaient confirmé que la situation évoluait. Il ne restait plus qu'un détail à régler, et il pourrait s'occuper de l'entourage des faux enfants.

    Et ce détail, non, pardon, ces deux détails, se trouvaient devant lui. Il y avait d'abord Akai Shûichi. Oh, il devrait être mort, et le fait qu'il soit encore en vie indiquait que Gin n'en avait pas fini avec toute cette histoire, pourtant, il n'avait pas été mécontent de le voir, au contraire. Il allait pouvoir le tuer lui même. En plus, comble de la chance, son pire ennemi était accompagné de Sherry, ce qui lui facilitait considérablement la tâche. Il sortit son arme, laissa de l'avance à ses proies pour pouvoir l'armer en silence puis s'approcha à nouveau. Son adversaire était au téléphone, et il portait les mêmes vêtements que Quetsche plus tôt. Ainsi, c'était lui la « taupe ». Et il parlait sans doute avec la personne qui l'avait aidé, car il était impossible de prendre la place d'un membre du MIB comme ça, il avait forcement reçu de l'aide. Cependant, il était trop loin pour savoir qui c'était, mais cela ne l'inquiétait pas. Akai raccrocha et rangea aussitôt son portable tout en continuant de marcher, suivit par Sherry. Aucun des deux ne c'était retourné depuis qu'il les filait. Il allait attendre qu'ils s'arrêtent, et quand il se serait occupé d'eux, il n'aurait qu'à regarder l'historique pour avoir l'identité du traître. Sauf que ses proies ne faisaient pas mine de s'arrêter. Il commençait à se demander où son gibier allait lorsqu'ils s'arrêtèrent enfin avec l'air d'attendre quelqu'un. Aussitôt, l'homme en noir se positionna pour tirer. Il n'était pas idiot, il préférait mettre l'agent du FBI hors d'état de nuire avant d'apparaître, ainsi, il pourrait pleinement profiter de la scène...

    Mais un sixième sens l'alerta avant qu'il ne puisse tirer. Le MIB se retourna vivement, mais un coup de feu déchira le silence avant qu'il n'ai terminé son mouvement. Son arme tomba au sol avec un bruit métallique tandis qu'il s'écroulait, le sang se mettant à perler sur sa poitrine.

     

    Jodie était à peine sortie de la rue où se trouvait la cachette de Conan que son portable se mit à sonner. Elle hoqueta en entendant la voix : Shû! Il était vivant! Elle mit plusieurs secondes à s'en remettre, et entreprit aussitôt de vérifier que c'était bien lui. Elle se figea, d'abord parce que Shû était bien vivant, ensuite parce qu'il avait des soucis. D'après la petite Ai, qui était avec lui, un membre des MIB les suivait. Il lui donna donc rendez-vous plus loin et lui demanda de mettre ce MIB hors d'état de nuire, mais d'être très prudente. Évidemment, elle accepta et se hâta vers le lieu du rendez-vous.

    Si elle n'avait pas été si chamboulée de savoir Shû vivant, elle se serait sans doute montrée plus méfiante. Sauf que c'était Shû, pas d'erreur possible. Elle courut pour arriver au lieu avant eux, et se posta aussitôt à bonne distance. Elle n'eut pas à attendre longtemps pour que l'agent du FBI apparaisse, accompagnée de la scientifique. A nouveau, Jodie manqua d'en perdre ses moyens. Comment Akai avait-il fait pour survivre? Elle se promit, non, savait qu'elle le lui demanderait dès que la menace de leur poursuivant serait réglée. Elle descendit aussitôt pour trouver ce dernier et le vit en arrivant : Gin. Pire, il était en train de viser Akai. La jeune femme ne réfléchit pas : elle sortit sa propre arme et tira.

     

    -Tu en es sûr, Shû?

    -Absolument. Il est mort.

    Jodie tourna un regard catastrophé vers le corps de Gin.

    -Je ne voulais pas le tuer, Shû. Mais il te visait, j'ai agis dans l'urgence...

    L'agent du FBI posa un bras sur son épaule et lui offrit un sourire rassurant.

    -Ne t'en fait pas, ce n'est pas grave. C'est vrai que ça aurait été mieux qu'il soit toujours en vie mais au moins, comme ça, il ne peut plus nuire à personne, n'est-ce pas?

    Akai lança un regard appuyé à Sherry, qui fixait toujours le corps de son prédateur. Ce devait être le syndrome de Shinichi Kudo, mais elle était surprise que tout finisse aussi vite, aussi brutalement. Mais elle ne regrettait pas sa mort, au contraire, elle se sentait soulagée. Akai lui avait expliqué la situation et elle venait de comprendre quelle toile c'était tissée autour de l'Organisation. Une trame dont la complexité avait d'abord échappé à leur propre contrôle avant de revenir, implacable. Si tout se passait bien, les jours de l'Organisation étaient bel et bien comptés.

    Jodie, elle, jeta un dernier coup d'oeil à l'homme qu'elle avait tué. Il avait beau être un assassin en puissance, elle n'aimait pas l'idée de l'avoir tué. Elle l'oublia cependant pour se tourner vers celui qui avait hanté ses pensées ces derniers mois.

    -Shû, qu'est-ce qui s'est passé? Pourquoi ne m'as-tu pas dit que tu étais toujours en vie?

    -Je ne pouvais pas si je voulais que notre plan réussisse. J'aurais sans doute du en parler au gamin, ça nous aurait évité qu'il soit blessé et bien d'autres détails, mais c'est le résultat qui compte, je doute désormais que l'Organisation continue de faire des siennes.

    La femme fronça les sourcils.

    -«Notre plan »? Tu veux dire que quelqu'un savait que tu étais vivant et t'a aidé?

    -Tu ne devineras jamais de qui il s'agit, fit Akai, toujours souriant.

    -Pourquoi? De qui s'agit-il?

    -De Vermouth.

     

    Ran s'arrêta sous le nez du Dr Araide, lui complètement éberlué, elle soulagée.

    -Vous allez bien, Dieu merci! Comme vous n'êtes pas du FBI, je craignais qu'il vous soit arrivé quelque chose. C'était vraiment n'importe quoi que Jodie vous embarque là-dedans...

    L'homme, lui, fixait toujours la jeune fille sans comprendre.

    -Mais... Enfin, c'est dangereux, comment...

    -Ne vous inquiétez pas, mon ami s'est occupé de l'homme qui venait par ici. Je suppose qu'il savait que vous vous réfugiez ici et qu'il venait vous tuer, mais on l'a assommé.

    Derrière la lycéenne apparut alors Heiji Hattori. Le détective parut surpris de voir le docteur Araide.

    -Tiens, il n'y a que vous ici? Mais alors où est le petit?

    Ran mit sa main devant sa bouche, l'air catastrophée.

    -Bon sang, comment ai-je pu l'oublier! Où est Conan? Il n'est pas avec vous? Il paraît qu'il est blessé?

    -Si, il est avec moi, et il est en effet blessé, mais enfin, qu'est-ce que vous faites ici tous les deux? Qu'est-ce qui se passe?

    -Le FBI s'est occupé d'arrêter les membres de l'Organisation et elle est en train de nettoyer l'endroit avec l'aide de la police, expliqua Heiji. Mais ça peut attendre, vous disiez que le petit était blessé?

    -Oui, Conan, fit Araide, mais Ran le coupa tout net.

    -Où est-il?

    L'homme les emmena dans la pièce où il se réfugiait tout à l'heure. Ran se précipita aussitôt vers un Conan stupéfait.

    -Oh mon Dieu Conan, dans quel état tu es! Mais qu'est-ce qui les a pris de t'impliquer là-dedans!

    Le Dr Araide hocha la tête, l'air bien d'accord, mais s'approcha aussitôt de la jeune fille. Conan, lui, était rouge comme une tomate parce que Ran venait de le prendre dans ses bras, mais il faisait aussi d'horribles grimaces parce que l'adolescente appuyait sur ses blessures.

    -Ran-neechan, arrête, s'il te plaît, tu me fais mal.

    -Il serait mieux en effet pour sa santé que vous le lâchiez, remarqua poliment Araide.

    Le docteur se tourna ensuite vers Heiji, qui était également touché par l'état du détective.

    -Bon, si j'ai bien compris, tout est fini? Je peux appeler une ambulance maintenant?

    Le lycéen hocha la tête.

    -Oui, c'est bon, vous pouvez y aller.

    -Enfin!


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :