• La fin de l'Organisation - Chapitre 3 - DC Fanfic

    La fin de l'Organisation - Chapitre 3 - DC Fanfic

    Chapitre 3 : A la recherche de l'Organisation

     

    Conan et Ai avaient renoncés à rentrer chez eux ce soir là. Tous deux avaient été plusieurs fois joints par Ran ou le professeur Agasa, entre autre, mais ils ne répondirent pas. Gin avait sans doute fait surveiller au moins l'Agence de Détective Mouri, alors si ils revenaient, ou que leurs occupants ne semblaient pas inquiets de leur absence, alors l'Organisation pourrait penser qu'ils ne sont pas morts. Et appeler leurs proches en leur expliquant toute la situation était trop compliqué et dangereux pour le moment. Gin connaissait leur visage, mais il semblait les penser morts pour le moment. Les ruines du bâtiment avaient étés fouillés, mais personne n'avait encore été jusqu'au sous-sol. Rien d'intéressant n'avait été découvert, car une des bombes avait été cachée dans les caisses de cocaïne.

    Bref, du côté de la police, ils avaient une explosion inexpliquée, ainsi qu'une traînée de sang qui partait du lieu de l'accident et qui s'arrêtait quelques mètres plus loin. Malheureusement, ce fut cet indice qui permis à Gin de comprendre que les deux enfants n'étaient pas morts. Et comme il se doutait que Conan, alors blessé à la jambe, ai pu sortir tout seul, il était facile de penser que Sherry était également sortie avec lui. En bref, si ils surveillaient leurs anciens lieux d'habitation, c'était surtout pour savoir si ils y rentreraient ou pas. Bien entendu, le reste de l'Organisation avait été mis au courant au sujet de Sherry et du gamin qui l'accompagnait. Le plus dur pour Gin avait quand même été d'expliquer les effets de l'APTX 4869 sur la gamine. Pour le garçon, en revanche, il ne suspectait pas encore la vérité car, par chance pour l'intéressé,il n'avait pas encore fait le rapprochement, même si la tête de Conan continuait à lui rappeler dangereusement quelque chose. Et si les proches de Conan n'étaient pas encore morts, c'est que si jamais cela venait à être le cas, l'enfant n'aurait plus aucune raison de revenir, alors que seul et blessé, il finirait peut-être par tenter de rentrer en pensant y arriver.

    Évidement, Ran avait su empirer les choses à sa manière en constatant la disparition du petit détective, puis celle d'Ai, et elle en fit évidement part à la police. Cependant, les deux fugitifs savaient ne pas pouvoir se confié aux forces de l'ordre ; qui sait si certains policiers ne faisaient pas partie de l'Organisation? En tout cas, quoi qu'il en soit, Gin ne manquerait pas de les faire taire avant qu'ils ne puisse parler, car il devait aussi avoir prévu qu'ils s'en remettent à la police.

    En bref, il étaient recherché par deux grandes organisations, mais ils ne pouvaient se montrer à personne, et cela rendait malade Conan de ne pas pouvoir rassuré Ran sur son sort. Déjà qu'elle s'inquiétait à propos de Shinichi...

    De plus, l'état de sa blessure ne c'était pas amélioré, et Ai avait fait remarqué qu'il avait déjà de la chance que la plaie de ne soit pas infectée. C'était même un miracle. Mais ce dernier s'en fichait. Leur seul échappatoire, c'était de coincé Gin et l'Organisation une bonne fois pour toute, ou ils seraient obligés de restés cachés jusqu'à la fin de leur vie, sans doute, chose qui ne plaisait pas du tout à Conan, ni à Ai. Et la blessure ne faisait qu'empirer la situation.

    Le lendemain matin de l'explosion, Ai et Conan c'étaient réfugiés dans un nouveau bâtiments, car ceux aux alentours de l'immeuble qui avait exploser avaient bien entendu étés fouillés, autant par l'Organisation que par la police. Bien entendu, ils avaient découverts des traces de sang dues à la blessure par balle de Conan, mais cela n'avançait pas à grand chose les deux camps.

    Et, évidement, pour compliqué les choses, Ran avait émis l'hypothèse, grâce au récit des DB sur l'après-midi de la journée passée, que Conan et Ai puissent s'être retrouvés dans cette explosion, car c'était un raccourci du point de départ des deux enfants jusqu'au lieu de rendez-vous que leur avait donné les DB. Quand au sang, les inspecteurs connaissant Conan, tout comme Kogoro, avaient émis l'hypothèse qu'il appartienne à l'un des deux enfants. Et, pour compléter le tableau, la police commençait sérieusement à se demandé si une quelconque organisation mafieuse ne les poursuivait pas tous les deux, ce qui expliquerait en partie leur disparition, puisque les traces de sang étaient censées prouvées qu'ils étaient toujours en vie.

    En gros, toute cette histoire commençait à se transformer en un vrai casse-tête pour tous le monde. En particulier pour les deux concernés.

    «Je suppose qu'on a plus qu'à prier le bon dieu pour trouver à manger, maintenant qu'on est des exilés. Railla Ai.

    -Dis-donc, je ne te pensait pas si optimiste. Lui répondit Conan.

    -J'expose la situation, c'est tout. Vu qu'on est pas censé se faire repérés et que tu es blessé, on va avoir du mal à trouver de quoi nous nourrir, déjà qu'on a rien mangé hier. De plus, tu as perdu pas mal de sang, et je crois que ta blessure et quand même en train de s'infecter. En plus, de nous deux, tu es le plus affaibli, et si on ne se ravitaille pas rapidement, on mourra de faim et de soif avant que quiconque ne nous ai retrouvé, puisqu'on ne peut demandé l'aide de personne.»

    Le détective hocha la tête, conscient de la situation. En tout cas, il regrettait vraiment d'avoir tenté de suivre Gin. Quel idiot il avait été! Il savait bien quel danger représentait cet individu en plus! Mais non, il c'était pensé assez malin, et c'était lui le responsable de cette situation. De plus, comme l'avait dit Ai, sa blessure et le manque de nourriture l'affaiblissait beaucoup plus qu'elle, et cela le rendait de mauvaise humeur, bien que son cerveau tourne toujours normalement. Cependant, ce n'était pas les meilleurs conditions pour trouver une solution.

    C'est alors qu'il poussa un cri de surprise. Ai se tourna vers lui, étonnée.

    Elle c'était levée pour aller vérifier que personne ne surveillait les alentours. Conan, lui, ne pouvait pas marcher. Cependant, il se trouvait de plus en plus idiot ces derniers temps.

    Mais enfin, bien sûr! Pourquoi est-ce que je n'y ai pas pensé?!

     

    Ran fixait le ciel bleu, dépitée. La police n'avait toujours aucune nouvelle d'Ai ou de Conan. Ce dernier lui manquait terriblement. Au fil du temps, elle l'avait souvent comparé à Shinichi, et elle avait plusieurs fois cru et ces deux personnes ne faisaient en réalité qu'une. Il lui manquait comme lui manquerait un petit frère. Quand à Ai, malgré son air froid et fermé, elle c'était ouverte d'elle même, sur cette plage, et Ran l'appréciait également. Elle espérait qu'il ne leur était rien arrivé.

    Une sonnerie retentie alors. Son père était absent. Il était allé au poste de police pour aider ces derniers à retrouver les deux enfants. Et Conan n'était pas là non plus...

    Ran ravala des larmes qu'elle sentait venir. Elle espérait qu'il ne leur était rien arrivé.

    La jeune fille descendit rapidement jusqu'en bas et ouvrit la porte. Le ton joyeux qui la salua la surpris quelque peu, surtout lorsqu'elle découvrit l'identité du visiteur, ou plutôt de la visiteuse.

     

    Le professeur Agasa était inquiet. Non seulement Ai et Conan avaient disparu, mais il avait également anéanti lui-même ses chances de les retrouvé en perdant d'abord les lunettes-radar de rechange, puis en les retrouvant sur le canapé après s'être assis dessus sans le faire exprès. Il ne savait pas ce qu'elles étaient venue faire là, mais elles étaient inutilisables, et il ne pouvait les réparer, plutôt en faire de nouvelles et ce serait long. En bref, il était bien obligé de s'en remettre à la Police.

    Cependant, une idée d'aide éventuelle lui traversa l'esprit. Il saisit son téléphone, composa un numéro, et attendit que la personne décroche.

     

    «Hello! Alors, Ran, ça va?

    -Jo...Jodie-sensei?! Qu'est-ce que vous faites là?

    -Eh bien, on m'a appris pour le Cool Kid et la petite Ai, et j'ai pensé que votre moral devait être plutôt bad, alors je suis venue voir ce qu'il en était.»

    La lycéenne hocha la tête et invita son professeur d'anglais à entrer. Elle lui prépara un café avant de s'asseoir en face d'elle. Sonoko n'avait pu venir, car elle était en week-end avec sa famille. Ran était donc plutôt contente que Jodie lui rende visite, même si elle était l'une de ses profs.

    «Alors? What happened? Demanda cette dernière.

    -Eh bien, vous devez déjà tout savoir...»

    La jeune fille lui fit un résumé des évènements passés et des déductions actuelles de la Police. Son professeur fronça les sourcils vers la fin, mais ne pipa mot. Ayant remarqué cette réaction, Ran demanda, lorsqu'elle eu finit :

    «Vous avez une idée, professeur. D'où ils pourraient être, de ce qui leur serait arrivé...

    -No, sorry.» Répondit Jodie.

    Les deux femmes parlèrent ainsi encore pendant un certain temps, jusqu'à ce que Jodie soit amenée à repartir. La prof d'anglais salua chaleureusement Ran pour l'aider à tenir le coup, puis elle fut quelque pas dans la rue avant de s'arrêter, pensive. Ce qui l'avait fait s'arrêter n'était non pas ses réflexions et idées sur cette affaire, mais le téléphone qu'elle entendait sonner. Jodie saisit donc son téléphone portable et décrocha :

    «Yes?»

     

    Le professeur Agasa raccrocha. Heiji Hattori n'était pas chez lui. Le docteur avait pensé qu'il était sans doute le plus qualifié pour retrouver Shinichi, mais de toute évidence, il devait être occupé ailleurs. Cherchant toujours comment retrouvé son prétendu neveu et Ai, il retourna à ses occupations, inquiet et espérant, tout comme Ran, qu'il ne leur était rien arrivé.

     

    «Oooh, Cool Kid! What happened? Tu vas bien? Où es-tu? Que s'est-il passé? Qu...

    -Du calme, professeur! S'exclama Conan, qui commençait déjà à être débordé par le nombre de questions, qui se rapportaient au final toutes à la même chose. D'abord, avant de tous vous raconter, j'aimerais savoir où vous êtes.

    -Dans la rue, why?

    -OK, y a-t-il quelqu'un avec vous? Quelqu'un comme Ran?

    -No. Qu'est-ce qui se passe enfin, Cool Kid? Tu sais que tu es actuellement porté disparu, et que Ran est très inquiète! Ça ne te ressemble pas...

    -Non, je sais, pas je suis obligé de ne rien dire à personne, enfin, à ceux qui ne sont pas au courant...

    -Pas au courant de quoi?! Explique-toi enfin! Tu n'aurais quand même pas...

    -Je crois que si, si vous pensez bien à la même chose que moi. Lorsque j'étais avec Ai, j'ai croisé Gin dans un quartier désert, et je l'ai suivit...

    -Tu n'aurais pas pu nous prévenir plutôt?! S'exclama Jodie. Je suppose que si vous vous cachez, c'est que vous vous êtes fait découvrir?

    -Exact. Gin a découvert que je le filais dans le plus bas niveau des sous-sols de l'immeuble où il est entré, et Ai a... suivit le mouvement, si on peut dire simplement.»

    Pendant que Conan racontait les évènements à l'agent du FBI Jodie StEmilion, Ai le fixait, étonnée elle aussi de ne pas avoir pensé à eux plus tôt. Elle avait pourtant souvent entendu parler de l'Organisation et du FBI ces dernières semaines, à cause de la mort d'Akai et, encore avant, de la sortie forcée de Rena Mizunashi de l'hôpital.

    Bien entendu, lorsque Conan en arriva à leur situation actuelle et à l'état de sa jambe, il du décollé son oreille du téléphone pour être sûr de ne pas avoir les tympans percés par la prof d'anglais de Ran. Dire que c'était son seul espoir!

    «Euh... Fit le détective. Si, donc, vous pouviez me donner un petit coup de mains, je crois que...

    -Je sais, répondit Jodie, calmée. Je ne vais pas te laissé où tu es! Surtout que tu es blessé. Je vais contacter mon patron, on va prendre les mesures nécessaires. Puis tu nous indiquera le lieu où tu te trouve avec Ai.

    -OK...»

    Rassuré, Conan ferma son téléphone, s'adossa contre le mur et poussa un soupir. Même si ils n'étaient pas encore tirés d'affaire, c'était quand même un bon pas de fait vers la survie.

    Il était aussi un peu excité de leur révélé la manière dont il comptait les retrouver, et peu-être les arrêter. En tout cas, ça serait le cas pour Gin...

    Ai mis alors son visage sous son nez. Surpris, Conan recula sa tête, la cognant ainsi contre le mur. Comme si il n'avait pas déjà assez de soucis comme ça.

    «Aïe!

    -Dis-moi, je t'accorde que le FBI pourra nous aider, et même soigner ta jambe, mais en attendant, on ne pourra plus réapparaître de toute notre vie si on ne fait rien, et je n'ai pas envie du tout de sortir déguisée!

    -Hein?!

    -Ne fais pas l'innocent. Ma question est pourtant claire : comment compte-tu anéantir l'Organisation? Tu as un plan, n'est-ce pas?

    -Euh... Oui, mais...

    -J'espère simplement qu'il donnera de meilleurs résultats que le premier alors. Coupa Ai avant de se redressée.

    -Au fait, Ai...

    -Quoi?

    -Désolé de t'avoir entraîné dans cette bêtise. C'est entièrement de ma faute si Gin a découvert ta couverture.»

    Le ton d'Ai, qui était jusqu'alors plutôt froid, comme à son habitude, se radoucit un peu, et elle le rassura :

    «Tu n'es pas responsable de tous ça.»

    Étonné, Conan la fixa.

    «Le vrai coupable, repris l'ex membre de l'Organisation, c'est Gin. C'est lui qui est, depuis le tout début, responsable de notre état à tous les deux. Enfin, toi, je suis sûr que tu aurais dit quelque chose comme ça.»

    Et elle s'éloigna à nouveau vers la fenêtre sous le regard bouche-bée du détective. Au début, il avait pensé que Ai n'aurait pas cessé de lui reprocher son erreur, peut-être même qu'elle se serait mise à songer au suicide devant la situation désespérée dans laquelle ils étaient maintenant. Mais ce n'était pas le cas, et Conan avait un peu de mal à saisir le comportement d'Haibara. Peut-être qu'elle aussi, elle voulait se pardonner elle-même, et se faire pardonner de Conan aussi, d'avoir déboulé comme ça devant Gin. C'était une chose à peu près aussi idiote que d'être entré dans cet immeuble à la suite de Gin sans plus tenté de raisonné ce gamin impossible.

     

    Gin rangea son téléphone, le visage neutre. Il n'avait toujours pas retrouvé Sherry et son ami. Mais cela ne saurait tardé, ils allaient bien finir par se montrer, sinon ils mouraient probablement de soif ou de faim, et le petit était blessé, donc ils ne devraient pas passer inaperçu.

    C'est alors que quelque chose dans son manteau entra en contact avec sa main gantée. Surpris, l'homme en noir regarda la chose en question plus en détail...

     

    «It's right?

    -Oui, c'est vrai... Aïe!»

    Conan grimaça, interrompant ainsi sa conversation avec Jodie. Le Dr Araide examinait sa jambe, et il avait quelque peu palpé la blessure pour savoir ce qu'il en était précisément. Il se redressa pour aller chercher de quoi appliquer les premiers soins tout en annonçant la situation à voix haute :

    «La plaie a commencée à s'infecter. De plus, je crois qu'heureusement, la balle est sortie, mais il faudrait aller à l'hôpital pour pouvoir soigner ça.

    -Surtout pas! S'exclamèrent Conan, Ai, Jodie et James à l'unisson.

    -Pourquoi? Demanda l'agent Camel.

    -C'est évident, non? Demanda Jodie. Si jamais on amène Conan à l'hôpital, l'Organisation aura plus de chance de retrouvé sa trace! Ils emploierons la même méthode que pour Mizunashi Rena... C'est trop dangereux.

    -Mais, de quoi parliez-vous à l'instant? Questionna James.

    -Conan a... un moyen de retrouvé Gin.

    -Quoi? Comment ça? S'écria Ai.

    -Eh bien, quand Gin me plaquait au sol, raconta l'intéressé, j'ai glissé un émetteur dans son manteau, discrètement. Mais je n'ai pas pu y placer un micro.

    -Tu es sûr qu'il n'a rien remarqué? Il a pu le trouvé entre-temps. Remarqua Jodie.

    -Non, je ne pense pas.

    -Bon, alors tu pourrais nous donner tes lunettes pour qu'on essaie de le coincé s'il te plaît? Demanda James.

    -Hors de question. Fit Conan, catégorique.

    -Comment ça non? T u ne veux quand même pas essayer de l'attraper dans ton état! Tu ne peux même pas te déplacer seul...»

    Pour toute réponse, le détective réussit à se redresser sur une jambe. Le Dr Araide intervint aussitôt, lui disant qu'il ne devrait pas faire ça, mais le garçon le repoussa. Ai le regarda, septique, mais sans faire aucun commentaire. Le Dr Araide du donc le laisser faire, mais prêt à agir dès que possible. Quand à Jodie, James et Camel, ils regardaient tous le garçon avec une étrange expression sur le visage, qui semblait être un mélange d'admiration, de surprise et de curiosité. Finalement, Jodie demanda :

    «Laisse-moi te poser une question, pourquoi tiens-tu tant à anéantir l'Organisation?

    -Ce sont des assassins.» Répondit simplement l'intéressé.

    Cependant, par habitude, il finit par reprendre appuis sur sa jambe blessée, et il fit une grimace de douleur. Cette fois, le Dr Araide l'obligea à se rasseoir. Le détective posait un regard insistant sur Jodie et James, attendant leur réponse.

    Finalement, sous les regard éberlués de toutes les personnes présentés, James hocha la tête de façon affirmative. Puis il prit la parole :

    «De toute façon, on n'a qu'à emmener Conan avec nous dans ma voiture, il nous conduit jusqu'à l'endroit où se trouve Gin, on encercle la zone lorsqu'il se sera arrêter, on essaie de voir si il est accompagné ou non, et puis on le capture, peut-être même avec d'autres membres de l'Organisation. Ça te va?»

    Le détective allait hocher la tête, mais le Dr Araide l'interrompit :

    «Vous êtes fous! Conan, il ne faut pas que tu bouge d'accord? Tu n'as absolument pas besoin d'un voyage en voiture! Et...

    -Ça ne me tuera pas!

    -Oui mais...

    -S'il vous plaît, il le faut pour les arrêter!

    -Tu n'es pas obligé de venir je te signal.»

    Conan tourna la tête vers Ai, imité par la plupart des autres personnes présentes. Elle le regardait d'un air neutre, et il était impossible de savoir ce qu'elle pensait. Le détective ne put s'empêcher de lui jeter un regard noir. Merci pour le soutiens! Pensa-t-il en fixant la scientifique, avant de reporter son attention sur le docteur assis à ses côtés, qui ne voulais apparemment toujours pas en démordre. En plus, Jodie semblait être elle aussi du côté du Dr Araide. Elle n'avait pas envie d'embarquer Conan là-dedans.

    Finalement, il réussit à convaincre le docteur et, après que ce dernier lui ai appliqué les premiers soins, il se retrouva assis sur la banquette arrière de la voiture de James à côté d'Ai. Le patron du FBI conduisait, et Jodie était sur le siège d'à côté. Le garçon se contentait d'indiquer la direction à suivre tandis que la scientifique, d'apparence tendue, regardait par la fenêtre. James, lui, s'appliquait à écouter les direction énoncées par l'enfant derrière lui, et le professeur d'anglais de Ran semblait de plus en plus anxieuse. Le détective trouvait ça assez bizarre d'ailleurs, elle n'avait jamais été aussi stressés à l'approche de membres de l'Organisation, même lorsque ses membres avaient tentés d'abattre Domon Y.

    «Ils sont à quelle distance de nous maintenant? Demanda Jodie pour la troisième fois depuis qu'ils étaient partis.

    -Encore deux kilomètres...Annonça Conan.

    -Préviens les autres agents de se tenir prêt à encercler la zone. Ordonna James à sa coéquipière

    -Roger!» Fit celle-ci en saisissant son téléphone portable.

    Pendant qu'elle composait un numéro, l'enfant surpris le regard d'Ai. Elle semblait de plus en plus mal à l'aise, et l'annonce qu'il ne restait plus que deux kilomètres avant d'arriver jusqu'à l'émetteur, et donc Gin en toute logique, n'arrangeait rien.

    Derrière eux roulaient d'autres voitures du FBI, le Dr Araide était dans l'une d'elle, car il avait tenu à être présent, à la fois pour surveiller l'état de Conan et pour intervenir en cas de problème. Après tout, ils allaient rencontrer des assassins. Et personne n'avait pu l'en empêcher. Heureusement, Conan avait pu s'arranger pour qu'il ne soit pas dans le même véhicule que lui, sinon il aurait pu les gêner.

    Puis, enfin, James donna le signal du déploiement. Ai avait arrêter de fixer le paysage, elle était concentrée sur les évènements, tout comme Conan, qui les suivait attentivement. Ils c'étaient arrêtés à 700 mètres de l'émetteur. Le reste du chemin se ferait en se rapprochant petit à petit, donc à pied. Le patron du FBI avait décidé ne de pas attendre, car ils couraient ainsi le risque de se faire repérer, malgré la distance mise entre eux et Gin. Et puis, même si le signal avait cessé de bouger depuis quelques temps déjà, il risquait de se déplacer à nouveau. Il en avait donc conclus que plus rapide ils seraient, plus ils avaient de chances de réussite.

    Mais, cette fois, le Dr Araide ne semblait pas vouloir céder...


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :